mardi 31 janvier 2017

Cela s'appelle l'expérience

Il arrive de faire des erreurs, c'est humain, mais lorsque nous répétons sans arrêt la même erreur, nous devrions peut-être nous questionner et réagir. Mais il est vrai que nous ne sommes pas toujours conscients que nous reproduisons à chaque fois le même scénario. Et qu'à chaque fois également, nous y laissons des plumes. Pourtant, un beau jour, peut-être après la lecture d'un livre, après une conversation avec une amie ou autre élément déclencheur, il y a comme un flash, une évidence ! Nous nous réveillons soudain, et nous crions : Stop ! Nous réalisons enfin que nous perdons notre temps à insister, que cette histoire n'est pas pour nous car inappropriée et dangereuse, que nous devons renoncer à voir cette personne car elle se révèle toxique, que ce n'est pas cette voie que nous devons suivre car ce n'est pas en la suivant que nous nous épanouirons, etc, etc. Il aura peut-être fallu du temps pour que nous réagissions, que nous comprenions, mais, comme le disait Françoise Sagan, sur un autre registre : "Cela s'appelle l'expérience".

Citation de Françoise Sagan dont est tiré le titre :
« On ne se fatigue pas de quelqu'un, vous savez, en fait, on se fatigue d'aimer. D'éprouver de l'amour. On veut bien avoir froid si le chauffage saute, mais on ne veut plus avoir mal si le coeur en fait autant. Cela s'appelle l'expérience. »

10 commentaires:

  1. Elle est triste, cette citation... Ca veut dire qu'on vieillit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on vieillit Pastelle, mais il y a du bon aussi à vieillir. :-)
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  2. « Errare humanum est, perseverare diabolicum » !

    Mais, au regard de ton texte :
    J'ajouterai quelque chose qui m'est souvent contesté : la fidélité à soi-même est première par rapport à la fidélité à une personne.
    il est des amours néfastes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « L'erreur est humaine, persévérer est diabolique. »
      « La fidélité à soi-même est première par rapport à la fidélité à une personne. »
      Merci pour tes mots, Alain, il sont très justes. Tu ressens mon billet comme j'avais envie que mes lecteurs le ressentent. :-)
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  3. Ca me parle bien ce billet. De mon entourage, mais aussi de moi qui reproduit toujours la même chose (dans des lieux et situations différentes, avec des gens différents, etc) Je me suis souvent interrogée sur ce phénomène. N'en ai tiré aucune conclusion ... la vie est une expérimentation, mais n'a aucune valeur d'expérience, sauf pour soi-même ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Espiguette, la vie est une expérimentation. Nous sommes là pour évoluer, pour nous améliorer. C'est ce que je pense. :-)
      Bel après-midi à toi.

      Supprimer
  4. Je reviens sur cette note. Je suis souvent succincte dans mes commentaires, et du coup ils ne sont pas toujours compréhensibles. :)
    En fait la note se lit dans les deux sens. Au moins. En fait il y a bien plus de sens de lectures possibles.
    Mais moi elle m'a particulièrement touchée car j'ai été "victime" d'une telle décision, d'une amie que j'aimais tant et qui tout à coup a décidé que j'étais "toxique" ou plutôt "inappropriée" pour elle.

    C'est le commentaire d'Alain qui m'a fait réagir à nouveau. Car la décision de cette amie est elle "fidélité à elle-même" ? Et si oui, est ce que la fidélité à soi même est le bon choix ?
    Est ce que rester fidèle à soi même n'est pas refuser de changer, d'évoluer, et donc de vieillir ?

    Bien sûr, quand on est acteur d'une telle décision, c'est différent. On se trouve toutes sortes de bonnes raisons. Mais là aussi, il faudrait creuser un peu plus et se demander pourquoi on réagit ainsi. Est ce que notre choix est fait pour un certain confort sentimental ou intellectuel, est ce vraiment bon pour nous, au fond, ou juste en superficie ?

    Pas simple... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. «Est ce que rester fidèle à soi même n'est pas refuser de changer, d'évoluer, et donc de vieillir ?
      Pastelle, je pense que c'est tout le contraire.
      Rester fidèle à soi-même, ça veut dire accepter que les situations changent, et refuser d'y rester si elles ne nous conviennent plus. Cela demande d'écouter son moi profond, et de ne pas se laisser définir par des avis ou des événements extérieurs. Et ça permet de vieillir beaucoup mieux.
      Mais ce n'est évidemment que mon avis... ;-)
      Merci Françoise pour ce billet qui permet de réfléchir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je ne suis pas d'accord.
      Si j'avais voulu rester fidèle à moi même alors que j'avais 15 ans, je n'aurais pas évolué, je n'aurais pas grandi. Et pourtant, comme c'était tentant, à cet âge, on est tellement intransigeant...
      Si j'avais voulu la même chose à 30 ans, pareil.
      Le même problème s'est posé à 50 ans, à cet âge on se dit qu'on se connaît et qu'on ne va pas se trahir en changeant encore. Et pourtant on évolue toujours, et toujours on peut faire des progrès, et grandir également.
      Et les années passent et nous font nous remettre en question à nouveau. Et s'améliorer.
      Alors rester fidèle à soi-même, oui, mais à quel soi-même ? Celui des 15 ans, des 30 ans, des 50 ans ? Ou accepter qu'il soit en perpétuelle évolution, et qu'on puisse changer, toujours ? Et aller vers un mieux ?

      Supprimer
    3. Bien sûr que l'on évolue au fil des années, et que l'on change, et heureusement d'ailleurs. La vie est faite pour cela : évoluer, grandir, s'améliorer. Et malgré ces changements, bouleversements parfois dans notre vie, je pense que rester fidèle à soi-même veut dire avant tout être toujours en accord avec soi-même, avec son moi intérieur, quels que soient les événements, ne jamais se mentir, c'est cela le plus important, c'est cela qu'il faut retenir.
      Belle journée à vous et merci pour vos commentaires.

      Supprimer