lundi 30 janvier 2017

Drôle de Nénette... enfin non, drôle de Nanette !

Lorsque j'étais gamine, alors que je vivais avec ma mère, et parce que j'en avais émis le souhait, celle-ci m'avait acheté un couple d'oiseaux que nous avions installés dans une cage. Je dois vous dire que maintenant je ne supporte absolument pas de voir enfermés ces petits piafs, mais bon, j'étais jeunette et je n'avais pas encore d'opinion à ce sujet. Enfin bref, ce n'est pas de cela dont je veux vous parler aujourd'hui. Je veux vous raconter l'histoire de Nono et Nanette, c'est ainsi que nous les avions appelés. Nono et Nanette étaient un couple de jolis cordons bleus. Rien de bien original jusque-là. Mais, et c'est là que cela devient intéressant, alors que cela faisait déjà plusieurs jours que nous les avions, nous nous sommes aperçus que Nono commençait à avoir une calvitie ! Oui, oui, une calvitie ! Il n'avait plus de duvet sur le dessus du crâne. Et plus les jours passaient, et plus sa calvitie grandissait. Et puis, un beau matin, on le retrouva mort dans la cage. Nanette n'en parut nullement affectée. Tiens, bizarre... Ne voulant pas laisser la petite Nanette toute seule, nous avons racheté un Nono. Mais cette fois, nous avons observé de plus près le comportement des deux petits piafs. Et nous nous sommes rendus compte que Nanette donnait régulièrement des coups de bec sur la tête du pauvre petit Nono. Et il arriva à ce deuxième Nono ce qui était arrivé au premier, un beau matin on le retrouva mort. Il était manifeste que la petite Nanette ne voulait pas de la compagnie d'un Nono, et elle lui faisait clairement ressentir, jusqu'à épuisement total et mort assurée. Et on aurait beau racheter un autre Nono, la petite oiselle lui réserverait le même sort. Si bien que cette fois-ci, nous l'avons laissée toute seule dans la cage, et, à partir de ce jour-là, contrairement à avant où ne l'entendait que très peu chanter, elle se mit alors à gazouiller et à siffler du matin au soir. La métamorphose fut spectaculaire, il était évident qu'elle était soulagée de ne plus avoir à partager sa vie (ou sa cage...) avec un Nono. Et elle vécut très longtemps, ainsi, toute seule...
J'ai trouvé amusant de vous raconter cette histoire qui m'est revenue en mémoire ces jours derniers. La vie à deux n'est pas forcément faite pour tout le monde. Il y aura toujours des solitaires, et heureux de l'être... :-)

10 commentaires:

  1. Une petite histoire révélatrice de bien des choses. Tu sais, moi j'aimerais bien donner des coups de bec sur la tête de mon chef. Seulement la bienséance m'empêche de le faire. Je me demande qui dans l'équipe le fait car il n'a plus un poils sur le sommet du caillou. :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (rire) C'est peut-être sa femme qui lui donne des coups de bec sur la tête ! :-)
      Bonne soirée, Dédé. Bisous.

      Supprimer
  2. Quelle jolie parabole !
    Les deux tourtereaux de l'image ont l'air bien amoureux, eux...
    En même temps, ils sont libres sur leur branche. A mon avis, enfermer deux oiseaux (ou deux personnes) dans une cage, c'est prendre le risque que l'un des deux souffre atrocement...
    Or le mariage est bien souvent une cage pour certaines personnes... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur l'image, le mâle fait un peu soumis, non ? :-)
      Oui, Célestine, c'est pour cela que je ne supporte plus de voir ces pauvres petits oiseaux en cage. Les oiseaux en liberté choisissent sûrement leurs partenaires, on ne leur impose pas. Quant au mariage, il est parfois une jolie cage dorée, mais une cage tout de même !
      Bonne soirée à toi, ma belle. Bisous.

      Supprimer
  3. Avec cette histoire, chaque fois que je vais voir un homme chauve, je vais penser que sa femme lui donne des coups de bec sur le crâne !!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (rire) Eh oui. J'y pense moi aussi. :-)
      Bonne soirée à toi, Espiguette.

      Supprimer
  4. Ouf, j'ai encore plein de cheveux ! Mais je ne raconte à quiconque cette histoire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes les femmes ne donnent des coups de becs sur la tête de leurs maris, et heureusement, Binh An ! :-)
      Belle soirée à vous.

      Supprimer
  5. Pauvre(s) Nono(s)! C'est certain qu'avec cette histoire là, on prend la liberté plus au sérieux :D
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est évident, Emilie ! :-)
      Bises à toi aussi, et une bonne soirée.

      Supprimer