samedi 18 janvier 2020

La focalisation

La focalisation sur une situation peut la faire grossir et lui donner des proportions inadaptées.

Un exemple :
Lors d'un cours de qi gong, nous étions quelques-uns à être dérangés par deux néons se trouvant au plafond. L'un s'éteignait, se rallumait. L'autre clignotait en permanence.
J'ai bien cru qu'ils allaient me gêner toute l'heure et demie que dure le cours.
Nous en avons parlé avec Nicole, la professeure de qi gong.
Elle avait remarqué, elle aussi, ces néons perturbateurs.
Elle nous a dit qu'on allait tout d'abord fermer les yeux.
Puis elle nous a dit de les accepter, c'est ainsi qu'ils ne nous dérangeraient plus.
Et en effet, le mental ayant cessé de se focaliser sur eux, nous les avons oubliés, tout simplement.
Et l'heure et demie du cours s'est passée sereinement.

Autre chose :
Ne vous êtes-vous pas parfois focalisé sur un mot ou des mots que l'on vous adressait ?
Vous les avez tournés dans tous les sens, vous les avez décortiqués.
Mais qu'est-ce que la personne a voulu me dire ?
Pourquoi me dit-elle cela ?
Si c'est un message écrit, c'est encore pire.
Nous lui donnons un ton qui n'est pas toujours le bon.
Et à force de penser à ces mots, ils prennent une importance qu'ils n'auraient pas dû avoir.
C'est là aussi une question de lâcher prise.

Si je parle de cela, et même si j'ai fait beaucoup de progrès à ce niveau, c'est que j'ai encore du travail avec mon mental pour qu'il cesse de se focaliser sur des mots ou des situations qui ne mériteraient pas une si grande attention.

Ou alors je recherche plus profondément pourquoi certaines réflexions, certains tons employés, me contrarient encore tellement.
J'ai le choix...

Et vous, qu'en pensez-vous ?


PS : Je n'ai pas encore repris une activité normale sur mes blogs, je suis bien occupée par ailleurs, mais je viendrai vous lire dès que je le pourrai. Amitiés à toutes et tous.

dimanche 15 décembre 2019

Le temps d'une pause...

L'année 2019 commence à se flouter, elle sera bientôt derrière nous, laissant la place à 2020.

Les années passent, oui, mais nous avons la chance d'être toujours là !



Des mots, des couleurs, des émotions fait une petite pause de fin d'année.

Je ne serai pas loin, je continuerai à vous lire et à vous commenter, mais en mode ralenti.

Je vous souhaite de belles fêtes, délicatement colorées et parfumées, et enrubannées d'amour, de douceur et de tendresse.

A bientôt ! ♥


mercredi 11 décembre 2019

Quand le doute s'installe / les reins

Je rentre dans une maison en ruines, une maison très haute.
Je dois escalader tous ces gravats, gravir ces marches qui n'existent pratiquement plus, je dois sauter, me hisser d'un pan de mur à un autre.
Je n'ai aucune difficulté à le faire, tout me paraît facile.
Je progresse rapidement.
En fait, je ne pense pas au danger, d'ailleurs il n'y en a pas.

Et puis soudain, le doute et les peurs m'envahissent.
Je n'arrive plus à escalader, mes jambes tremblent, j'ai peur de tomber.
Je ne sais plus où poser mes pieds ni mes mains.
C'est trop tard, le doute a pris toute la place.
Les peurs ont pris les rênes de mes pensées.
Il est inutile de continuer, je n'y arriverai plus, je le sais.
Alors je défais tout ce que j'avais fait, je redescends...


Ceci est le rêve que j'ai fait la nuit de lundi à mardi.
Si on laisse les doutes et les peurs prendre le dessus, tout devient périlleux, dangereux, je ne me sens plus capable de...
C'est un peu ce que peut signifier ce rêve.


Lundi soir, au cours de qi gong, nous avons pratiqué un enchaînement de postures pour stimuler les méridiens du rein.
D'où, je pense, ce rêve.
Car la peur est associée au rein, la peur attaque les reins. C'est pour cela qu'il faut en prendre soin.

« Pour la médecine traditionnelle chinoise, la psyché et le corps ne sont pas séparés ; ainsi à chaque organe est associé une fonction, une émotion et un élément.
"C’est dans les reins que réside la mémoire de notre corps, tout comme l’énergie originelle transmise par nos parents, nos ancêtres", rappelle le Dr Liliane Papin, praticienne de médecine énergétique chinoise. Selon la grille de lecture énergétique chinoise, ils « stockent » toute la dimension somatique de notre histoire, comme la peur et l’angoisse, liées à des événements traumatiques par exemple. » (source et suite de l'article (très intéressant) ici -> INREES)

Un autre article ici tout aussi intéressant : Le méridien du rein.

lundi 9 décembre 2019

Les livres, une passion !

Voici la consigne de la semaine dernière proposée par Kaleïdoplumes.

En vous inspirant de cette photo, incluez dans votre texte la citation suivante de Sacha Guitry :
« Quand je pense à tous les livres qu'il me reste encore à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux. »

Ce texte écrit par mes soins est mi fiction, mi réalité (sourire).

********************

En attendant l'heure de mon entretien, je me balade dans les rues de la ville, ville que je ne connais pas encore.
Si je suis embauchée pour ce nouvel emploi, j'aurai tout le temps de la découvrir.

Intriguée par une statue que j'aperçois au loin sur une place, je m'avance pour l'examiner de plus près.
Qui représente-t-elle ?
Quel est cet homme ?
Et pourquoi tous ces livres posés à ses côtés ?
Il y a sûrement une signification, et j'aimerais la connaître.
Si je dois m'établir dans cette ville, j'en chercherai la raison.

Aux abords de la place, se trouve un café, je m'y rends.
Je commande un thé et je m'installe à la terrasse en attendant l'heure du rendez-vous.
Je regarde la statue, je regarde tous ces livres, et soudainement les souvenirs affluent...
Et je pense à mon père...


Mon père était un passionné de lecture, il adorait lire, il adorait les livres.
C'était un amoureux des mots, un amoureux de la littérature.
Quand j'étais gamine, dans la salle à manger/salon de la maison dans laquelle je vivais avec mes parents, se trouvaient de part et d'autre de la cheminée deux immenses et très hauts placards dans le mur.
Celui de gauche était destiné à ranger les livres et les disques, et celui de droite à ranger des vêtements et objets divers.
Régulièrement, j'ouvrais les portes du placard de gauche et je regardais, émerveillée, tous ces livres posés sur les rayons.
Je pensais qu'ils étaient des objets magiques pour qu'ils passionnent ainsi mon père.
Je ne me lassais pas de les regarder, cela faisait d'ailleurs sourire mes parents.
Si bien qu'un jour, un bout de rayon me fut attribué !
Et je pus moi aussi ranger mes quelques livres dans le grand placard à côté de ceux de mon père.
Je vous laisse imaginer combien j'étais fière et heureuse !

Plus tard, lorsque nous avons déménagé, ma mère a gardé et emporté tous les livres de mon père dans notre nouveau lieu de vie.
Tout comme dans notre ancienne maison, dans la salle à manger qui faisait aussi office de salon, se trouvaient de part et d'autre de la cheminée, deux grands placards dans le mur.
Les livres furent donc rangés à l'identique sur les rayons du placard situé sur la gauche de la cheminée.
Comme j'avais grandi et que j'étais désormais une adolescente, j'avais le droit de monter sur l'escabeau pour pouvoir atteindre les rayons se trouvant tout en haut du placard, je pouvais ainsi accéder à tous les livres.
J'en tirais un au hasard, je le feuilletais, et je le remettais en place.
Et puis, j'en reprenais un autre.
Et ainsi de suite.
Je ne voyais pas le temps passer, j'étais dans un autre monde.
Et puis, cela me permettait de me rapprocher de mon père et de la passion qu'il éprouvait pour les livres.

 Je ne sais pas si c'est cela qui a fait que je suis devenue moi aussi une passionnée des livres et de la lecture.
Je pense que oui, j'en suis même sûre.
Le plus beau cadeau que l'on puisse me faire, c'est un livre !
Le plus beau cadeau que je puisse me faire, c'est un livre !
J'aime aller flâner dans les librairies, j'y passe énormément de temps, et je ressors invariablement avec un nouvel ouvrage dans les mains.
Je commence d'ailleurs à avoir chez moi une bibliothèque conséquente !
J'ai installé des rayons dans mon bureau, et ils sont bien garnis !
Et quand je pense à tous les livres qu'il me reste encore à lire, j'ai la certitude d'être encore heureuse. 


Je regarde l'heure, le temps passe tellement vite lorsqu'on part en rêverie.
Je finis de boire mon thé, je paie, et je me rends au lieu du rendez-vous.
J'espère que cet emploi de libraire me sera attribué !

lundi 2 décembre 2019

Le messager


Tu t'es posé sur le toit de la mangeoire
et tu m'as regardée fixement durant tout le temps
qu'a duré la communication téléphonique avec elle.

Quels mots voulais-tu me délivrer, petit rouge-gorge,
toi que l'on appelle le messager ?...

dimanche 1 décembre 2019

HIER...

Hier était un jour spécial.
Hier, cela faisait dix ans que Jean est parti.


Dix ans, c'est loin.
Oui, peut-être... mais dix ans, c'était hier...

mercredi 27 novembre 2019

Le petit couple d'amoureux...

Le petit couple d'amoureux est passé au raku hier soir.

Voici le résultat final :


Ci-dessous, quelques petites fantaisies réalisées ces dernières semaines :


Et enfin une petite bonne femme rigolote en cours :


lundi 25 novembre 2019

Boule de feu dans le ciel

Ce soir, en sortant du cours de qi gong, alors que je roulais tranquillement pour rentrer chez moi, voici ce que j'ai vu dans le ciel de Bas (la photo n'est pas de moi bien sûr, mais c'est ce que j'ai vu) :


Sur le coup, je me suis dit : Oh ! Quelle belle étoile filante !
Et puis j'ai réalisé que ce que j'avais vu était bien trop gros pour en être une.
Alors, arrivée chez moi, j'ai fait des recherches sur internet et j'ai lu qu'il y avait un astéroïde qui devait frôler la terre ce lundi 25 novembre 2019.
Est-ce que c'est cet astéroïde dont ils parlent, que j'ai vu ?
Je ne sais pas, mais en tous cas c'était impressionnant !
Est-ce que l'on fait un voeu lorsqu'on voit un astéroïde (comme on le fait pour une étoile filante)? Dans le doute, j'en ai fait un, même deux, on verra bien... (sourire)

Est-ce que quelqu'un d'autre en sait mieux au sujet de cet astéroïde (ou boule de feu) ?
Car ce que j'ai pu lire (rapidement) une première fois sur le site Notre planète.info est maintenant réservé aux abonnés.

Rajout :
Je me demande si je n'ai pas rêvé, personne ne parle de cette boule de feu que j'ai vue hier soir dans le ciel !... Rien sur internet, ni aux actualités, et vous non plus, apparemment ?...

samedi 23 novembre 2019

Mais que se passe-t-il ?

Pour changer de mes billets habituels et parce qu'une fois n'est pas coutume, j'ai envie de partager avec vous ce texte que j'ai écrit cette semaine pour l'atelier d'écriture Kaléïdoplumes.

La consigne était d'écrire un texte dont l'incipit est la première  phrase du livre de Didier Vancauwelaert "Hors de moi" :
« Je viens de sonner chez moi et c'est un inconnu qui a répondu »


**********

Mais que se passe-t-il ? 

- Je viens de sonner chez moi et c'est un inconnu qui a répondu.
- Qu'est-ce que tu me dis ? Il y a un inconnu chez toi ?
- Oui, je t'assure, je n'y comprends rien.
- Mais où es-tu maintenant ?
- Chez moi. Enfin non, chez lui, il m'a fait entrer. Je suis assise au salon.
- Attends, je ne comprends pas tout. Tu sonnes chez toi, un inconnu t'ouvre, et il te fait rentrer comme si c'était lui qui habitait ici ?
- Oui, je sais, cela paraît complètement absurde, mais c'est la vérité ! Tu peux venir, cela m'inquiète.
- Bon, j'arrive, je prends ma voiture et dans cinq minutes je suis là, ne bouge pas !
- Non, non, je ne bouge pas. Mais prends ton temps, le monsieur est très gentil, il m'a même offert un thé et des petits gâteaux.

Je me dis, mais qu'est-ce que c'est cette histoire, c'est n'importe quoi !
Nicole ne perd pas la tête pourtant. 
Je monte dans ma voiture et je pars chez mon amie.
Heureusement, elle n'habite pas loin, et un samedi soir, sur cette route, il n'y a jamais beaucoup de circulation.
J'arrive chez elle, tout est calme, il n'y a aucun bruit.
Je sonne à la porte, intriguée.
La porte s'ouvre lentement, il fait sombre...

Et soudain, la lumière jaillit et m'aveugle !
Et avant que je ne réalise vraiment ce qui se passe :

- Joyeux anniversaire, Chantal !!!

Tous mes amis sont là, toute ma famille est là !
Ils ont organisé mon anniversaire surprise !

- Mais ça va pas de me faire une telle frayeur !
- Ne nous en veux pas, me dit Nicole, mais c'était la seule façon de te faire sortir de chez toi. Tu ne serais pas venue, sinon !

Elle a raison. Je reconnais que je ne serais pas venue.
Je suis casanière, et il fallait donc ruser pour me faire sortir, surtout un samedi soir !
Et là, je n'avais vraiment pas le choix.
Soulagée et heureuse, je me mets à rire avec les autres !

- Une coupe de champagne, Chantal ?...

dimanche 17 novembre 2019

12 heures de méditation

Samedi avait lieu à Monistrol, commune située près de chez moi, une journée "12 heures de méditation". Une journée pour découvrir diverses formes de méditation, découverte offerte par les intervenants.

Au programme, sept ateliers.
Je ne vous parlerai que des quatre auxquels je suis allée.
- Le premier : 
Méditation des 4 directions : Mouvements simples et rythmés qui amènent le lâcher prise.
- Le deuxième :
Méditation guidée : Images, sensations pour s'imprégner d'une énergie, d'une ambiance, d'un état.
- Le troisième :
Bain sonore : Les harmonies vibratoires des instruments dépassent la simple écoute.
- Le quatrième :
Le Placebo, c'est vous : Comment donner le pouvoir à votre esprit.

Méditation des 4 directions
A 9 heures, j'ai rejoint un groupe d'une dizaine de personnes pour découvrir la méditation des 4 directions. C'est Béatrice qui animait cet atelier. Béatrice, je l'ai connue lorsque je rejoignais régulièrement il y a quelques années un groupe de méditation, une nana très sympathique, une nana qui a fait son chemin, je l'apprécie beaucoup. Elle est maintenant thérapeute psycho-corporelle à son compte.
Durant la première partie, qui a duré 30 minutes environ, nous avons effectué des mouvements lents et rythmés sur une musique cadencée.
Je vous mets une vidéo prise sur youtube qui vous donnera une idée de ces mouvements et aussi de la musique, puisque c'est sur celle-ci que nous avons fait la méditation.


Durant la deuxième partie, nous avons effectué une danse libre au son de la musique.
Et en troisième partie, une méditation couchée toujours au son de la musique.
J'ai vraiment beaucoup aimé, et je n'étais pas la seule.
Du coup, l'année prochaine, peut-être des séances régulières auront lieu, un groupe va sans doute se former, et j'irai, c'est sûr !

Méditation guidée
A 10 heures 30. Une méditation guidée en position allongée. Nous étions une trentaine.
Je ne connaissais pas l'intervenante. Je sais juste qu'elle pratique l'accompagnement psycho-corporel. Une petite nana bien sympathique, mais j'ai un peu moins "accroché". Il faut dire que je n'avais pas prévu de petite couverture ni de coussin, et que j'ai trouvé le sol bien dur, et la température de la pièce pas assez chaude.
Mais bon, j'ai visualisé avec Béatrice, car c'était une Béatrice aussi, mes différents chakras, leurs couleurs et leurs correspondances. Je les connaissais déjà bien avant cette séance, c'était une petite révision.

Bain sonore
A 16 heures 30. Une méditation en position allongée. Nous étions une cinquantaine voire plus.
L'intervenante, Nicole, qui est d'ailleurs ma professeure de qi gong, passait au milieu de nous en faisant chanter et résonner ses bols. Des sons graves comme des sons plus aigus. J'ai d'ailleurs remarqué lors de cette séance que l'on entend le son précédent laissé par le bol, tout en entendant le son nouveau, les deux résonances se mêlent.
Nicole est une petite nana que j'apprécie beaucoup. Elle a toujours le sourire, et le courant passe vraiment bien avec elle.
J'ai apprécié ce bain sonore. Et comme cette méditation avait lieu l'après-midi, j'avais eu le temps d'aller chercher chez moi couverture et coussin, et je n'ai pas souffert du froid et de la dureté du sol cette fois-ci.

Le placebo, c'est vous. Méditation guidée
A 18 heures. Je vous explique très sommairement le sens de cette méditation. Elle est destinée à transformer des croyances et des perceptions erronées qui nous handicapent dans la vie de tous les jours, et qui peuvent jusqu'à provoquer des maladies. Méditation inspirée de l'ouvrage de Joe Dispenza. La puissance de la pensée, la puissance de la méditation de pleine conscience sur le cerveau.
L'intervenante, Madeleine, professeure de yoga (que je connaissais de vue pour l'avoir croisée lors d'autres manifestations de ce genre) a guidé cette méditation.
Je n'ai pas profité autant que je l'aurais pu, car mon dos commençait à me faire souffrir, et je commençais aussi à fatiguer. Mais c'était pourtant très intéressant.


Voilà, je ne vous en voudrai pas si vous n'avez pas tout lu (sourire).
Mais pour moi, ce fut une très belle et riche journée.
De plus, cela m'a permis de revoir plusieurs personnes que je n'avais pas eu l'occasion de voir récemment, des personnes hyper sympathiques et chaleureuses.
Lorsque je suis rentrée chez moi, j'étais sur un petit nuage, je revenais d'un autre monde...

mercredi 13 novembre 2019

Quinze minutes de méditation

Depuis quelques semaines, pour aider et soutenir dans sa maladie une personne qui m'est chère, elle et moi avons instauré un moment de méditation.
Ainsi, en fin de journée, nous nous retrouvons quinze minutes et nous méditons.
Nous nous retrouvons malgré les cent kilomètres qui nous séparent.
Mais le fait de savoir que nous méditons ensemble, au même moment, nous rapproche.
Nous sommes en communion l'une avec l'autre.
Ces quinze minutes de méditation nous apportent autant à l'une qu'à l'autre.
Parfois, une autre personne se joint à nous, nous nous retrouvons à trois, en trois endroits différents mais reliées par cette méditation commune.
Quinze minutes de méditation, cela ne semble rien du tout, et pourtant c'est énorme.
Ce sont quinze minutes que nous nous offrons à nous et que nous offrons à l'autre...

dimanche 10 novembre 2019

La nuit...

La nuit, je foule des terres qui n'existent pas.
La nuit, je croise des personnes qui n'existent pas.
Mais qui me sont pourtant si familières.
La nuit, je ris aux larmes, je souris, je crie de rage, je pleure.
La nuit, j'escalade des parois verticales facilement et sans vertige.
Je gravis des escaliers, des échelles, et j'arrive tout en haut, très haut et je me sens bien.
La nuit, je descends aussi dans les profondeurs de la terre et de l'inconnu.
Je retrouve ma mère, mon frère, parfois mon père.
Je les serre fort dans mes bras, je leur parle, je les touche, je les embrasse.
Je frôle leurs visages du bout des doigts et je sens la douceur de leur peau.
La nuit, j'ai tous les sens en éveil, je m'émerveille de la beauté qui m'entoure.
Des paysages incroyablement beaux et fantastiques s'offrent à mes yeux.
Je sens le goût de toute chose, je ressens la moindre émotion, je savoure à l'infini le moment présent.
La nuit, je m'échappe de mon corps, je rejoins un autre monde.
La nuit, une vie parallèle où je suis moi, sans être moi...


samedi 9 novembre 2019

Des lieux où l'on se sent bien

Il y a des lieux où l'on se sent tout de suite à sa place, des lieux où l'on sent une bonne énergie circuler, de bonnes vibrations, des lieux exempts de toute tension.
Des lieux où l'on se sent chez soi.
Ces lieux, je les ai trouvés.

Tout d'abord, l'atelier terre où je me rends deux fois par semaine.
Moi qui ai souvent du mal à trouver ma place, à l'atelier je l'ai trouvée tout de suite.
A cet atelier, pas de professeur, juste des personnes qui prennent du plaisir à ce qu'elles font.
Juste des personnes qui s'aident, qui s'entraident, qui n'ont rien à prouver.
Les anciennes aident les nouvelles (et nouveau car il y a un homme).
Nous rions beaucoup, l'air est sain et empli de bienveillance.

Et puis il y a le nouveau cours de qi gong où je me rends depuis début octobre.
L'enseignante est une petite femme toute menue qui a toujours le sourire aux lèvres.
Avant chaque mouvement, elle nous explique en quoi celui-ci nous sera bénéfique.
Ce qi gong ne ressemble pas à celui que je pratiquais depuis plusieurs années.
Il est plus lent et comporte davantage d'auto-massages des méridiens.
Le cours dure une heure et demie, nous sommes tantôt assis, tantôt debout.
Il comporte des moments de méditation également.

Ce qui caractérise ces lieux ?
L'harmonie qui se dégage du groupe, la bienveillance, la simplicité, la gaieté.


Et vous ?
Avez-vous des lieux ainsi où vous vous sentez pleinement chez vous ?
En harmonie avec les autres ?

samedi 2 novembre 2019

Les blogs s'en vont et s'en viennent... tout comme les gens

« Les blogs s'en vont et s'en viennent, tout comme les gens, il faut les saisir au bon moment.
Si l'on attend trop, ils ne sont déjà plus là. »

Depuis le début de mon aventure bloguesque (octobre 2007), j'en ai connu et parcouru des blogs.
J'ai partagé de riches et beaux échanges et je continue avec vous qui me lisez.
J'ai eu la chance de rencontrer : Fanzesca, Chantal, Nathalie, Michel, Patricia, Carole, Catherine, Alain, France.
Des rencontres qui ne m'ont jamais déçue.
Les personnes étaient telles qu'elles se montraient sur leurs blogs et donc comme je les imaginais.
Je ne pense pas les avoir déçues, moi non plus.
En tous cas, c'est ce qu'elles m'ont dit.
Nous avions l'impression de nous connaître depuis très longtemps.
Et si heureux-ses de nous voir pour de vrai.
Il y en a que j'ai revues plusieurs fois, et que je reverrai, je le sais.
Et d'autres que je ne reverrai pas.
Mais  ce qu'il y a de sûr, c'est que je resterai enrichie de ces belles rencontres, je les garderai comme de précieux souvenirs.

J'en reviens aux blogs.
Certains se sont fermés, sans explication aucune, et je ne sais pas ce que sont devenu(e)s leurs créateurs.trices.
Et pourtant, il y avait eu des échanges de mails, réguliers et chaleureux.
Mais plus de nouvelles aucune.
Je pensais avoir créé des liens, virtuels certes, mais des liens.
Mais il est vrai que les liens n'ont pas la même valeur pour tout le monde.

Et puis d'autres blogs se sont endormis.
Toutefois, je peux encore les visiter, et laisser des commentaires.
Mais laisser des commentaires dans le vide, ce n'est pas très intéressant.

Et puis parfois, les propriétaires de ces blogs fermés ou endormis reviennent soudainement et les mots aussi.
Et je suis heureuse de les retrouver et de reprendre les échanges.
Peu importe la raison de leur absence, cela ne me regarde pas.
L'important est qu'ils.elles sont revenu(e)s. Tout va bien.

D'autres blogs enfin ont été abandonnés définitivement comme l'on se débarrasserait d'une vieille carapace encombrante.
Peut-être avaient-ils un but thérapeutique ?
Ou au contraire n'avaient-ils aucune importance pour l'auteur, juste un jeu de quelques mois, voire quelques années, mais le jeu n'amuse plus.

Par contre, d'autres ont été abandonnés pour une autre raison, leurs créateurs.trices, hélas, ont quitté ce monde, certain(e)s à cause de la maladie, d'autres par dépit...
Cela me fait toujours de la peine quand je l'apprends.
J'ai tout de même fait un bout de chemin avec eux.elles.
Je me souviens notamment de Herbert le poète, de Michelaise, de Dominique le psy, et d'autres encore avec lesquels j'avais eu de si beaux échanges et partages.
C'est comme si je perdais un ou une ami(e)...

Pour ma part, si un jour l'idée me prenait de fermer mes blogs, je vous avertirais, je ne vous laisserais pas sans nouvelles.
Et si je ne pouvais pas vous avertir, quelqu'un d'autre le ferait à ma place.
C'est la moindre des choses...