mardi 23 mai 2017

Pause mai...

Je vous laisse quelques jours, le temps de profiter de ma plus belle création : mes fils ! ainsi que de leurs plus belles créations à eux : mes petits-fils ! :-)

Mais avant de partir, laissez-moi vous conter une petite histoire. Je l'avais d'ailleurs abordée sur mon autre blog au mois de mars, mais la voici complète :

L'une de mes orchidées m'a fait le cadeau cette année de refleurir pour la troisième fois. Jusqu'à présent, les orchidées que j'avais eues, n'allaient pas plus loin qu'une floraison. Une autre orchidée, par contre, était bien mal en point. Elle avait fleuri une fois, et puis plus rien, elle végétait... Je ne savais qu'en faire. La jeter ? Non, jamais je ne jette les plantes. Alors j'ai eu une idée. Je l'ai placée à côté de la bien portante, je l'ai confiée à celle-ci, je lui ai demandé de l'aider. J'allais moi-même les encourager et leur parler tous les jours. Eh bien le miracle s'est produit, regardez les photos. Sur la première (en mars), on peut voir une tige, petite certes mais vigoureuse, qui s'élève en direction de l'orchidée en bonne santé. Et sur la deuxième photo (en mai), voyez la transformation, voyez comme l'orchidée a grandi, encouragée par l'autre, et comme elle est belle. Cette idée me plaît que les orchidées, que les plantes, communiquent entre elles et s'entraident. Si certains hommes pouvaient en prendre de la graine...

N'hésitez pas à cliquer sur la photo, vous verrez mieux.

A bientôt !
-----------

mercredi 17 mai 2017

Création

Rêver, imaginer, c'est bien, mais créer, réaliser c'est sûrement mieux ! Une personne m'a dit, et cette personne n'a pas tort, que j'étais trop dans l'abstraction, qu'il faudrait que j'arrive à concrétiser. J'ai des projets, des envies, mais tout, ou du moins une bonne partie, reste à l'état d'ébauche. Je commence, mais je ne finis pas. Reste à savoir pourquoi ? J'ai essayé tout plein de choses dans ma vie : la peinture (huile, aquarelle, sur soie), le dessin, la sculpture, la vannerie, le tissage, mais je n'ai pas persévéré. Si, il y a tout de même un domaine dans lequel j'ai persévéré, c'est celui de la photo. J'aurais peut-être pu en faire mon métier, si j'avais eu un peu plus confiance en moi.... Et puis il y a l'écriture... l'écriture... J'aimerais en faire quelque chose de l'écriture... J'aime les mots, j'aime leur texture, j'aime ce qu'ils me disent... J'ai un projet en tête depuis plusieurs années, une envie plutôt, mais cela reste à l'état de projet, cela n'avance pas. Qu'est-ce qui me freine ainsi et me porte à repousser ce qui pourtant me tient à coeur ? Cette personne m'a encouragée. Ses mots m'ont fait du bien. Je l'ai entendue. C'est en train de se mettre en place... Le cheminement est en train de se faire... Créer... Création... Il est beau en plus ce mot... Création...

lundi 8 mai 2017

Il me fait découvrir Charlie Winston

Etrangement, mon frère qui n'est plus de ce monde depuis fin novembre 2009, vient de me faire découvrir Charlie Winston... Je vous raconte.
Hier, je commande sur un site, dont je tairai le nom, un CD de musique de méditation. On m'indique alors que je peux créer une bibliothèque qui me permettra d'écouter les albums que j'ai achetés et de télécharger les versions mp3 de ces CD sur mon PC, il faut juste que j'installe une application sur celui-ci, ce que je fais. La liste des CD achetés antérieurement sur ce site apparaît alors dans cette bibliothèque nouvellement créée. Je détaille cette liste, lorsque je vois un album que je ne connais pas, je me dis : mais je n'ai jamais acheté ce CD ! Je ne connais même pas ce chanteur ! Je suis intriguée, je réfléchis, je regarde la date de l'achat, et soudain, je sais ! Mon frère, ne possédant pas d'ordinateur, avait l'habitude parfois, lorsqu'il passait par la maison, de commander des CD en passant par mon compte. Eh bien voilà, ce CD avait été commandé et acheté par lui fin octobre 2009, juste quelques jours avant qu'il ne parte. J'ai écouté ce chanteur, Charlie Winston, et ma foi, je dois dire que j'aime ! Merci Jean ! Tu n'es plus là, mais tu continues de partager avec moi, comme tu aimais le faire de ton vivant, tes goûts musicaux ! Et cela me réjouit ! (sourire)

Je ne sais pas ce que chante Charlie Winston actuellement, mais je sais que j'aime cette chanson "Calling me" qu'il interprète sur cette vidéo. Il se trompe dans les paroles à un moment mais peu importe, il est humain, il n'est pas infaillible et cela me plaît... :-)


Ici ->Paroles et traduction fournies par ​ Polyphrène.

lundi 1 mai 2017

Six ans après...

J'ai eu un moment d'étonnement l'autre jour lorsque je l'ai vu lever le bras gauche et toucher de sa main le dessin qui était posé sur le meuble, le pousser même. Impressionnée, je lui ai dit : "Tu te sers de ton bras et de ta main, maintenant ?". Je lui ai demandé de le refaire, devant moi, mais il a attrapé cette fois son bras gauche avec sa main droite pour le soulever. Pourtant, il n'y a pas de doute, et je n'ai pas rêvé, je l'ai bien vu faire la première fois. J'en ai parlé à ses parents lorsqu'ils sont venus chercher les petits, et ils m'ont dit que récemment, ils avaient également été étonnés lorsque le petit bonhomme avait levé le bras gauche pour dire bonjour à quelqu'un. En fait, depuis quelques temps seulement, la kiné qui s'occupe de lui, lui fait travailler ce bras et cette main gauches, qui, jusqu'à présent, restaient inertes. Elle s'est rendue compte qu'il y avait de la vie dans ce bras, et qu'il fallait le stimuler. Les kinés qui s'étaient occupé de lui auparavant, avaient privilégié la rééducation de la jambe, pour que le petit acquiert plus rapidement de l'autonomie, c'était le plus important et le plus urgent. Donc, depuis quelques temps, le bras et la main gauches sont sollicités lors des séances de rééducation. Le cerveau reprend tout doucement les commandes mais il y aura encore besoin de nombreuses séances pour parfaire cela. Mais peu importe, du moment qu'il fait des progrès ! Et tout ceci me rappelle lorsque j'avais vu sa jambe gauche bouger il y a six ans, quelques semaines après son accident de santé, et la sensation de joie que j'avais éprouvée ! Je me dis qu'il peut donc encore progresser, la preuve ! Et peut-être qu'un jour, son cerveau arrivera également à récupérer ses facultés intellectuelles. Il est permis d'espérer, et je veux y croire !

jeudi 20 avril 2017

Les capucines

J'ai toujours aimé les fleurs de capucine, sans doute parce que ce sont les fleurs de mon enfance. Contre un mur de la maison où je vivais avec mes parents lorsque j'étais petite fille (voir la photo en noir et blanc), il y avait un massif de capucines. Elles étaient belles, ces capucines, il y en avait des jaunes, des orange. J'entends encore mes parents me dire : "Attention, Françoise, ne marche pas sur les fleurs !". Bon, sur la photo, c'était l'hiver, et les capucines étaient loin d'être en fleurs, je pouvais donc tranquillement poser mes petits pieds sur la terre sans me faire gronder. Les fleurs de capucine sont pour moi un lointain souvenir, mais j'aime toujours autant l'évoquer.
Sur la photo de droite, ce sont des capucines que j'ai photographiées à Malte, elles m'ont donné l'idée de ce billet. :-)

Mon frère Jean et moi, sur le massif de capucines.

mardi 4 avril 2017

1 an ! de mots de pensées

Mon blog est toujours en mode ralenti, mais je viens de me rendre compte qu'il a eu 1 an hier ! Alors j'en profite pour déposer non pas une pensée, mais un lot de deux pensées ! (sourire)

- L'important n'est pas ce qui nous arrive car cela on ne peut pas le changer, mais c'est de savoir ce que l'on va en faire.
- C'est une perte de temps et d'énergie que de rester bloqué sur un événement. Tout bouge, tout change, la vie n'est que mouvement, alors ne résistons pas et laissons-nous entraîner par elle.

En fait, je deviens très philosophe ces temps-ci... :-)

mardi 28 mars 2017

En mode ralenti...

« Des mots, des pensées » va être en mode ralenti pendant quelques temps. Je continuerai à publier mais moins souvent et sûrement irrégulièrement. Je continuerai bien sûr à aller vous visiter, car, comme ce petit moineau, je ne vous quitte pas des yeux et je ne serai jamais bien loin... (sourire)

samedi 25 mars 2017

Prendre le temps de réfléchir

Il est important de savoir prendre du recul d'avec certains événements qui nous arrivent, pour savoir ensuite ce que nous devons en faire. La précipitation n'est pas bonne conseillère car nous sommes bien souvent sur le coup de l'émotion ou parfois aussi de l'étonnement. Nous ne devons rien brusquer, ne rien décider trop vite. Nous devons prendre le temps de réfléchir sur ce qui s'est passé, nous devons laisser mûrir et savoir attendre. Et en principe, au bout de quelques jours, voire quelques semaines, nous saurons ce que nous allons faire de tout cela et nous pourrons alors prendre la décision que nous pensons juste. Cette écoute toute personnelle que nous nous serons octroyée, nous fera également apprécier de ne pas nous être laissé influencer par notre entourage (qui parfois pense bien faire, mais qui ne peut pas ressentir les choses à notre place).

Sur ces sages paroles, beau week-end à vous ! (sourire)

Un petit bout de chez moi... :-)

dimanche 19 mars 2017

mercredi 15 mars 2017

Qu'a voulu dire cette personne ?

Mélanie assiste à une soirée avec des amis, elle est détendue, tranquille, zen. Mais à un moment donné, suite à une réflexion qu'elle fait concernant des vertiges qu'elle ressent par moments, une personne lui délivre un propos troublant. Sa quiétude s'effondre alors, et les questionnements et doutes l'assaillent. - Qu'a voulu dire cette personne ? Qu'a-t-elle ressenti ? Pourquoi pense-t-elle cela ? Et après les questions, l'angoisse apparaît. - Et si elle avait raison ? Et si ce qu'elle a perçu était vraiment réel ? Et évidemment le mental se régale, il jubile, et il en rajoute même. Impossible de le faire taire. La meilleure solution pour le calmer, pour désamorcer cette inquiétude qui monte en flèche, est de parler avec cette personne, discuter de ce qu'elle a dit, lui demander pourquoi elle a dit cela, d'où elle le tient, lui parler de ce qu'elle a ressenti. Mélanie ne connait pas personnellement cette personne mais certains de ses amis la connaissent et elle sait qu'elle n'est pas une personne malveillante, elle n'a donc pas voulu lui faire du mal, c'est peut-être au contraire pour son bien qu'elle lui a dit cela. Mais une personne a-t-elle le droit de révéler ce qu'elle croit être une vérité à une autre personne si celle-ci ne lui a rien demandé ? même si c'est dans un but bienveillant ? N'est-ce pas l'inquiéter peut-être inutilement ?...

dimanche 12 mars 2017

mercredi 8 mars 2017

Il me regarde en souriant

Hier, sur le site  Esprit science métaphysiques, j'ai lu l'article suivant : ​ ​Dix signes que nos êtres chers décédés donnent pour nous faire savoir qu’ils sont autour de nous. J'ai reconnu certains signes pour les avoir moi-même perçus à un moment donné, et il m'arrive d'en percevoir encore. Entre autres, la nuit dernière...

Cela se passe dans la cour de la maison où je vivais avec mes parents lorsque j'étais enfant. Il y a une grande fête de famille, les gens sont attablés ou circulent autour des tables pour discuter avec tel ou untel. Moi, je suis en train de regarder une vidéo que me fait voir mon beau-frère sur sa tablette. Le film terminé, ce dernier rejoint sa place. Alors que je m'apprête à faire de même, je sens quelqu'un qui me regarde, je tourne alors la tête et lève les yeux, et je le vois. Il me regarde en souriant. Ses cheveux presque blancs, ses yeux d'un bleu si clair, lui donnent un air doux et bienveillant, ce qu'il était d'ailleurs du temps de son vivant. Je m'avance vers lui, et pour voir si je ne "rêve" pas, je l'embrasse sur la joue. Oui, il est bien là, j'ai ressenti le contact avec sa peau, il n'est pas une illusion. Nous nous éloignons du groupe, qui d'ailleurs ne semble pas le voir, et nous nous dirigeons un peu plus loin, près de la porte qui donne sur la rue. Je lui dis combien je suis heureuse qu'il me rende ainsi si souvent visite, combien cela me fait du bien. Mais je lui dis aussi combien il me manque encore. Soudain, une lumière apparaît, comme un éclair, et je me réveille...

Je ne sais pas pourquoi je rêve si souvent à mon frère en ce moment, il n'y a pourtant pas de date anniversaire. Si, peut-être celle de la mort de mon père, le 13 mars, mais il y a si longtemps... Je me dis qu'il vient peut-être pour me délivrer un message, mais je ne le comprends pas, du moins pas encore, et il reviendra tant que je ne l'aurai pas compris... Peut-être...

 Mon frère et moi, j'avais 12 ans et mon frère 15 ans.

dimanche 5 mars 2017

Filoche et caroline

Ce matin, en allant faire mes courses, j'ai croisé un monsieur qui avait une filoche à la main, une filoche contenant les produits qu'il avait achetés au marché. Et cela m'a rappelé les filoches que ma mère utilisait pour mettre ses courses. La filoche l'accompagnait toujours. Peu encombrante, elle la glissait dans son sac. C'était du temps où les magasins ne donnaient pas de sacs en plastique à tout-va. Et comme maintenant, et c'est tant mieux !, ils n'en donnent plus à nouveau, les filoches vont peut-être revenir à la mode, qui sait ? J'en ai une à la maison, une qui doit dater, je l'avais récupérée lorsque nous avions débarrassé l'appartement de ma mère. Je crois bien que je vais la ressortir, et m'en servir. Celle du monsieur de ce matin était couleur bordeaux, celle que j'ai est couleur bis, à l'époque, il n'y avait pas trente six couleurs. Lorsque je repense à cette époque lointaine, je me souviens aussi des "carolines". Nos mères avaient également toujours dans leurs sacs une caroline, au cas où il se mettrait à pleuvoir. Connaissez-vous les carolines ? Il s'agissait d'une capuche en plastique, que les dames se mettaient sur la tête lorsqu'elles ne voulaient pas que la pluie, ou le vent, les décoiffent et abiment leurs permanentes ou leurs mises en plis. Je revois ma mère avec sa caroline sur la tête. C'était assez joli en fait, même si l'un de mes fils, alors âgé d'une dizaine de mois, s'était mis à pleurer en voyant sa grand-mère avec ce plastique sur la tête... Allez savoir ce qu'il s'était imaginé... (sourire)
Vous rappelez-vous des filoches et des carolines ? 

dimanche 26 février 2017

Encore une courte pause...

car il y aura deux petits bonshommes à la maison pendant quelques jours... :-)

Moment d'échange entre mon petit-fils Noé et le cheval noir...

samedi 25 février 2017

Et je me suis réveillée...

J'ai envie de vous raconter l'un des rêves que j'ai faits la nuit dernière. Je dis l'un des rêves car j'ai beaucoup rêvé, mais c'est celui-ci qui m'a le plus marquée et dont je me souviens le mieux. J'étais au cinéma et je regardais un film qui datait déjà de plusieurs années, il y avait une manifestation dans un village, il y avait beaucoup de monde, des marchands, des forains, et des touristes qui circulaient. Et quelles ne furent pas ma surprise et mon émotion lorsque je vis mon frère et sa femme qui déambulaient au milieu des stands. Mon frère qui était mort depuis sept ans se trouvait là, dans ce film. Alors, et comme par magie, mais c'était un rêve, je traversai l'écran et je me retrouvai de l'autre côté, auprès de mon frère. Trop heureuse de le voir, je le suivais de partout, pour profiter de sa présence au maximum. Je savais qu'il allait bientôt mourir, mais lui ne le savait pas. Je ne lui en parlai pas, je ne voulais pas gâcher ce moment. Et puis, lui et sa femme voulurent aller voir une exposition dans une maison un peu plus loin. Je ne sais pas ce qui m'a distraite un court instant mais je les perdis de vue, et je ne sus dans quel bâtiment ils étaient entrés. Alors je m'assis sur un banc, et je les attendis. Un moment après, si tant soit peu qu'il y ait une notion de temps dans les rêves, je vis ma belle-soeur sortir de la maison, mais elle était toute seule, il n'y avait plus mon frère...
Et je me suis réveillée...