samedi 12 novembre 2016

On s'habitue, c'est tout...

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Les nuits également.
La nuit dernière, j'ai rêvé de mon frère. Tous les ans, en novembre, il vient me visiter. Jusqu'au 30. Comme s'il savait (il le sait) que ce mois, cette date, sont encore douloureux à passer. Il vient m'accompagner, me rassurer, me dire que tout va bien. Et ensuite il s'éloigne à nouveau...
Cela va bientôt faire sept ans qu'il est parti...
Je ne sais pas si un jour on se fait à l'absence d'un être aimé.
Brel disait : "On n'oublie rien, on s'habitue c'est tout"...

14 commentaires:

  1. On s'habitue simplement à l'idée que la blessure ne se refermera pas. Qu'un rêve, une odeur, une photo la fait se rouvrir. Alors on pleure un peu...beaucoup...
    Et puis on pleure un peu moins. Mais l'absent est toujours là. Il suffit de le savoir, de l'accueillir. Et de préparer l'onguent pour panser la plaie quand elle suinte.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'absent est toujours là, l'absence se fait toujours sentir, mais c'est ainsi. J'ai la chance de retrouver toutes ces personnes aimées et disparues, dans mes rêves, et de pouvoir leur parler et les serrer dans mes bras. Consciente que je rêve, j'en profite le plus possible.
      Bonne fin de soirée, Célestine. Bisous.

      Supprimer
  2. Bonjour, Françoise.
    Je te lis et comprends.
    J'ai décidé, pour ma part, de supprimer, de forcer l'oubli de certaines dates.
    Par chance, elles ne se juxtaposent pas avec d'autres, heureuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Rom
      Oui, je sais que tu me comprends.
      Tu as peut-être raison. Après tout, chacun fait comme il peut et comme il le sent aussi.
      Bonne soirée à toi. Bises.

      Supprimer
  3. Je crois que Brel avait raison…

    En quelque sorte l'absent demeure présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Pierre, Brel avait raison.
      Merci. Bonne soirée.

      Supprimer
  4. Toi,
    Je te rejoins dans ton approche...
    Neuf ans sont passées depuis le départ de ma petite sœur...
    Je pense toujours à elle... au cœur de la nuit...
    On s'habitue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu as été touché, toi aussi, par le départ de ta petite soeur, Gilles, et que tu comprends ce dont je parle.
      Bises, et bonne soirée.

      Supprimer
  5. L'habitude remplace t-elle le chagrin? Elle l'habille, c'est tout!

    RépondreSupprimer
  6. C'est beau qu'il vienne t'aider... Et je ne crois pas qu'on s'habitue mais on s'y fait, sans que la douleur disparaisse. Elle n'a plus rien à voir avec l'arrachement initial, qui lui est consommé. Mais elle est un manque, comme un bras ou une jambe ou une partie des souvenirs qu'on aurait perdus.

    Moi il m'arrive, furtivement, de trouver un angle excitant à la mort (la mienne) : on se retrouvera. Je ne sais pas comment mais ça me paraît évident...

    Courage en ce long mois... mais il te le dit : tout va bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Edmée, comme un manque, une partie de nous qui n'est plus là.
      Je pense parfois à ces personnes âgées qui se demandent ce qu'elles font encore là, et qui aimeraient tant rejoindre leurs compagnons, leurs enfants, ou autres personnes aimées, et je les comprends.
      Oui, tout va bien, Edmée. :-)

      Supprimer
  7. Je te comprends Françoise...Il sait que c'est encore très douloureux pour toi.
    Je doute qu'on s'habitue un jour à la perte d'un être aimé :(
    Bonne soirée Françoise
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je doute moi aussi, Ange.
      Bonne soirée à toi aussi et merci.
      Bisous.

      Supprimer