lundi 21 novembre 2016

Nouvelle rencontre

Mercredi, je vais retrouver à Lyon un couple d'amis connus sur un forum. Notre toute première rencontre date de février 2007 à Nice, c'est là qu'ils habitaient à l'époque. C'était un peu l'aventure puisque je partais seule, ce qui m'arrive rarement pour aller si loin, et aussi parce que je ne connaissais ces amis que dans le monde virtuel. D'ailleurs certains de mes proches s'en inquiétaient un peu. - Es-tu sûre que cela ne risque rien ? Tu ne les connais pas après tout ! Ce n'est pas prudent. etc. etc. Eh bien je n'eus aucune mauvaise surprise, au contraire. Nous étions les uns et les autres tels que nous nous montrions sur le forum, et bizarrement, c'était comme si nous nous connaissions déjà depuis très longtemps. Le beau temps n'avait pas été vraiment de la partie, c'est un comble à Nice, mais il était dans nos coeurs, et c'était le principal. Un très beau souvenir de ce week-end.
En juin 2009, cette fois, ce sont eux qui sont venus jusqu'à Lyon. Nous avons passé le week-end ensemble, tout en visitant la ville,- mes amis la découvraient-, tout en discutant, en riant, en faisant des photos, car lui est un passionné de photos et c'est d'ailleurs l'un de nos sujets de conversation favoris. Ce week-end là, le soleil était bien présent et nous avions même eu très chaud pour monter jusqu'à la Basilique de Fourvière, étant obligés de monter toutes les marches, le funiculaire étant en panne ! Nous nous étions pris en photo, bien évidemment, et nous étions rouges comme des tomates ! Et puis aussi, Lyon by night. Lyon est tout de même ma ville natale, et j'éprouve toujours un réel plaisir à m'y balader. Ce week-end, donc, un très bon souvenir également.
Et enfin, ce mercredi, mes amis arrivant du Midi et montant vers Orléans, m'ont proposé de faire une pause à Lyon pour que l'on puisse passer un moment ensemble. J'ai évidemment accepté. Notre rencontre sera plus courte cette fois-ci, mais peu importe, je sais qu'elle sera riche en intensité. Cela fera sept ans et demi que nous ne nous serons pas vus, le temps passe tellement vite, et nous habitons si loin des uns des autres. Nous aurons certainement un peu vieilli, sept ans tout de même... Mais je sais que nous aurons beaucoup de plaisir à nous revoir, que nous aurons encore plein de choses à nous raconter et que nous rirons également beaucoup car ils aiment rire ces deux-là. Enfin bref, je vous raconterai... peut-être... (sourire)

Mercredi soir
La rencontre s'est divinement bien passée. Tout d'abord, le temps a été clément, il n'a pas plu ! alors qu'hier il est tombé des trombes d'eau, et que la météo en annonce autant pour demain. Un jour au milieu sans pluie, et c'était pour nous ! Cela nous a permis, après un déjeuner place Bellecour, de nous balader dans le vieux Lyon, Saint-Jean, tout en discutant, tout en faisant des photos (car ils adorent faire des photos, et moi aussi, alors... et puis il fallait bien immortaliser ce moment passé ensemble). Nous nous sommes retrouvés, tels que nous nous étions laissés il y a sept ans et demi. Peut-être quelques rides de plus, mais si peu. Mais toujours ce plaisir de partager intact, ce plaisir de nous retrouver. Ce sont deux personnes adorables. Nous nous sommes promis cette fois de ne pas attendre sept ans pour nous revoir. Finalement, c'est si simple d'organiser une rencontre, si l'on en a vraiment envie.

14 commentaires:

  1. Bonjour Françoise
    "On s'était dit rendez-vous dans 10 ans
    Même jour, même heure, même pomme ♪♫♪♫♫♪"
    Je sais, c'est pas 10 ans, pas le même jour, peut-être pas la même heure
    Mais je ne suis pas responsable de l'indigence des textes de Patriiiiicck
    Je l'ai appelé à ce sujet "Patrick, mer.., soigne tes textes, quoi !"
    Sais-tu ce qu'il a répondu ? "Attendez, vous êtes qui vous ? Je ne vous connais pas, laissez-moi tranquille "
    Merci Patrick ! Quelle ingratitude... je ne suis pas prêt d'acheter ses prochains albums (il est vrai que je ne l'ai pas fait , non plus, pour les précédents)
    Râle pas, Françoise ! pas si vite, attends la suite.
    "Enfin bref, je vous raconterai... peut-être... (sourire)"
    Oui ! J'adore les anecdotes croustillantes et on ne parle pas assez du triolisme sur les blogs, cela m'intéresse !
    Nous nous étions pris en photo, bien évidemment, et nous étions rouges comme des tomates !
    Les photos, les photos, les nus ! balance !
    (Tu peux, ma chère Françoise, si ce n'est déjà fait, râler, fulminer et tutti quanti)
    Punaise, Rom, tu ne peux pas être sérieux cinq minutes ?
    Si ! bien sûr, cela m'est arrivé, un jour, dans un stade de football, à Nice, j'avais dix ans.
    Une minute de silence, en mémoire d'un dirigeant du club, récemment décédé, et que personne ne connaissait, avait été imposée.
    Et l'arbitre, bercé par ce silence soudain, s'était probablement assoupi car la 1ère minute déborda sur la 2ème, la seconde passa le relais à la 3ème qui se débarrassa volontiers de cette incongruité sur la 4ème qui, me sembla-t-il, mit moins de 60 secondes pour refiler le bébé à cette pauvre 5ème, complètement abasourdie.
    Ce furent les cinq minutes de sérieux les plus éprouvantes, ennuyeuses, mortelles de ma vie, je me suis promis "Plus jamais çà !"
    Le beau temps n'avait pas été vraiment de la partie, c'est un comble à Nice
    Pardi, on sait recevoir les essetrangers, on est délicat, on ne les bouscule pas par un contraste violent avè le climat de leur région.
    Lyon est tout de même ma ville natale,
    C'est vrai, tu fus un gone, une gone ? (ça se dit ?)
    Ce "tout de même" m'intrigue, raconte tes blessures.
    Nous étions les uns et les autres tels que nous nous montrions sur le forum, et bizarrement, c'était comme si nous nous connaissions déjà depuis très longtemps.
    Je connaissais un couple, charmant, dans la vie réelle.
    Nous nous rencontrions assez souvent et, un jour, ils ont franchi le pas, ils ont créé leur blog (j'avais déjà le mien).
    Bizarrement, c'était comme si ne nous connaissions pas depuis très longtemps.
    Nous étions, les uns et les autres, sur les forums tels que nous ne montrions jamais dans la vie.
    Très étrange...

    Note au mari (compagnon/concubin/pacsé) de Françoise, à ses enfants, ses proches, ses amis, ses amants
    Tout ce que j'écris dans ce commentaire est rigoureusement faux (Rom , cette note fait-elle partie du commentaire ?)
    Je rectifie, Tout ce qui précède est rigoureusement faux (Rom, la ligne précédente aussi ?)
    Et m..., tout passage choquant, heurtant la sensibilité des plus jeunes (ou des plus vieux), n'est que le fruit de mon imagination malade (je peux fournir un certificat médical, si nécessaire)
    Toute collision entre ces délires et une réalité que j'ignore résulterait uniquement du caractère facétieux du Hasard (et/ou de son mauvais goût, mauvais goût qui m'est assez familier, excepté le dimanche, le jour des souliers vernis et de la prise d'hostie)
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Rom
      Eh bien ! On dirait que mon billet t'a emporté dans des délires dont toi seul as le secret ! (rire) En fait, ton commentaire est digne d'un roman fleuve. Quelle imagination, mon cher, quelle imagination ! J'en suis admirative ! Par contre, je garderai secrètes les réponses à tes interrogations. Non mais dis donc, pour qui tu m'prends ! :-) Heureusement que je te connais (un peu) depuis... depuis quand au juste on se croise par nos blogs interposés ? depuis 2008, me souffle-t-on ? Waaoouh ! presque autant qu'avec mon couple d'amis niçois, tu te rends compte ! Ça fait un bail aussi, hein ? Mais nous ne nous sommes jamais croisés dans la réalité, peut-être un jour, qui sait ?
      Merci pour ton humour décapant, Rom, ta fidélité à me lire, et aussi pour ton amitié fidèle. Belle fin de journée à toi (chez moi, il pleut comme vache qui pisse (drôle d'expression d'ailleurs...) depuis ce matin, et cela n'arrête pas !). Mais pour demain, la météo annonce un temps clément,du soleil même, pour ma journée retrouvailles, elle est pas belle la vie ! :-)

      Supprimer
    2. Une réponse tout de même à l'une de tes questions, Rom :
      « C'est vrai, tu fus un gone, une gone ? (ça se dit ?) »
      En principe, "gone" est du masculin ; pour une fille, on dit une "fenotte", mais beaucoup de lyonnais disent une "gone" au lieu d'une "fenotte". Donc, oui, ça se dit. :-) Mais en fait, je trouve que "fenotte", c'est joli aussi, non ? :-)

      PS : mes sources ne sont peut-être pas entièrement sûres, fais une recherche de ton côté, sur Wikipédia, par exemple... ;-)

      Supprimer
    3. Je préfère, en tant que source, la fenotte Françoise :-)

      Supprimer
    4. Et puis, cela fait presque gazette, tu ne trouves pas ?
      "Demandez la fenotte Françoise, la ville de Lyon demande son indépendance !, demandez la fenotte Françoise..."
      Crieurs de journaux, métier (de jeunes) disparu.

      Supprimer
    5. La fenotte Françoise ? C'est vrai que cela fait presque gazette.
      Et puis c'est joli à entendre, aussi... la fenotte Françoise...
      Tiens, ça pourrait me donner une idée pour... mais je n'en dis pas plus.
      Bonne fin de soirée, Rom. :-)

      Supprimer
  2. Les histoires de rencontres avec des inconnu-e-s sont toujours chargées de suspicion ... Comment nous reconnaîtrons-nous ? Dans un temps que les moins 40 ans ne peuvent pas comprendre, on disait "j'aurai Libé à la main". Avec les blogs, je suis d'accord avec le précédent commentaire, on en dit plus sur soi qu'à ses meilleurs amis ! Perso, j'aime bien la part de mystère et d'inconnu qui plane sur son auteur . Il n'en reste pas moins que l'histoire que vous racontez Françoise est une bien sympathique histoire qui ne dit pas si vous avez pendant ces 7 ans, continué à converser virtuellement! Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter d'excellentes retrouvailles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Espiguette et bienvenue chez moi. :-)
      Pendant ces sept ans, oui bien sûr, nous avons continué à converser virtuellement et aussi téléphoniquement, par périodes, comme dans toute relation qu'elle soit réelle ou virtuelle d'ailleurs, mais nous n'avons jamais perdu contact, la preuve. :-)
      Merci à vous. Les retrouvailles, c'est pour demain ! :-)
      Belle fin de journée.

      Supprimer
  3. De belles retrouvailles, donc !
    Pas de pluie, pas de fausse note, aucun grain de sable ?
    Aucun retard ? Aucune réflexion piquante du style "Je ne t'aurais pas reconnu(e)" ou "Incroyable, tu portes la même tenue qu'il y a 7 ans" ou encore "Tu as bien profité, on dirait...l'air de la campagne ?" ou, je ne sais pas moi, un faussement élogieux "Tu vieillis bien, j'espère être comme toi lorsque j'aurai ton âge"
    Non, rien...
    Déprimant. :-)
    Sérieusement, je me réjouis pour toi, pour vous.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, de très belles retrouvailles, Rom.
      Pas de pluie, pas de fausse note, aucun grain de sable. Désolée. :-)
      Déprimant ? Non, réjouissant ! :-)
      Merci, c'est gentil. :-)
      Bises à toi aussi.

      Supprimer
  4. Ce n'est pas la première fois que je lis un billet de ce genre, à propos des rencontres que les blogueurs font, soit individuellement en tête-à-tête, soit à plusieurs… Quasiment toujours cela fut vécu comme un très bon moment.
    Cela ne m'a jamais attiré. Au contraire, j'ai pris une position inverse depuis toujours : ne pas rencontrer les blogueurs. Pourquoi ?… Ben oui, pourquoi ? C'est une bonne question !…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, pourquoi, Alain ?
      Tu devrais en faire un billet, il serait certainement très intéressant. Un avis contraire à tous les autres est toujours très instructif. :-)
      Bonne soirée à toi. Merci de ta visite.

      Supprimer
  5. C'est une belle histoire. J'ai aussi vécu dans le passé ce genre d'émotions. Prendre le train pour retrouver des gens que l'on a jamais vus mais que l'on connaît par blog interposé. C'était à Paris en 2008. J'y ai passé un merveilleux moment qui me restera à jamais gravé dans ma mémoire. Je vois toujours ces gens aujourd'hui en vrai et sur les blogs et c'est une belle amitié qui perdure, malgré les kilomètres et les vies différentes. Comme quoi les blogs servent à beaucoup de choses. Belle fin de semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Dédé, c'est vrai, grâce aux blogs et aux échanges qu'ils occasionnent, nous faisons de magnifiques rencontres.
      Merci à toi. Belle fin de semaine également, et un beau week-end.

      Supprimer