mercredi 7 février 2018

La force de la non-violence

J'ai déjà abordé plusieurs fois le thème de la colère, mais je me pose encore la question de savoir si se mettre en colère contre une personne qui a abusé de notre naïveté, qui a profité de nous, qui nous a menti, est une très bonne chose, je ne pense pas. Je parle ici d'événements sans gravité, mais qui nous ont toutefois contrariés et fortement déçus. Je pense que prendre de la distance d'avec cette personne est la meilleure des attitudes à avoir. Mais il y en a sûrement d'autres. Hier soir, et c'est ce qui m'a donné envie d'écrire ce billet, j'ai lu un article de Matthieu Ricard paru dans la revue "Cerveau & Psycho" du mois de janvier : "Libérez votre altruisme" (dossier : "La force de la non-violence" p.48). Il dit : "Il me semble qu'adopter systématiquement une attitude bienveillante, ce qui n'implique nullement de la faiblesse ou de la complaisance et n'exclut pas la fermeté, est la manière la plus constructive de gérer un conflit. Dans le meilleur des cas, la personne en face de vous finira par changer d'attitude ; et si ce n'est pas le cas, vous ne serez pas vous-même tombé dans le piège de l'animosité et vous aurez préservé votre intégrité. Cela évite en tout cas l'escalade de la violence." Je pense que Matthieu Ricard a raison. De toute façon, je ne sais (toujours) pas me mettre en colère, alors je préfère envoyer aux personnes qui m'ont contrariée ou déçue de la lumière et de l'amour, car si elles agissent ainsi, je me dis que c'est qu'elles en ont certainement besoin, qu'elles en manquent. Et moi, ainsi, je ne me ferai pas du mal, je n'aurai pas d'ondes négatives en moi, car la colère que l'on a en nous, c'est bien connu, est avant tout une violence que l'on s'administre avant tout à soi-même. Mais bon, ceci est mon point de vue, et chacun a le sien tout aussi valable et respectable.

- Et, si l'on y croit, pourquoi pas pratiquer la méthode​ Ho’oponopono ?

20 commentaires:

  1. Matthieu Ricard a toujours raison, puisque son fonds de commerce, c'est d'enfoncer sans cesse des portes ouvertes… (on l'aura compris, cet homme n'est pas ma tasse de thé).
    Dans ce que tu indiques, la colère parce qu'on a été abusé, ce qui est légitime c'est de laisser s'exprimer le sentiment et le ressenti de colère, mais par devers soi, avec les moyens que l'on se trouve personnellement (certains tapent dans des coussins, d'autres expriment dans leur chambre leurs bordées d'injures… etc.). Agresser l'autre avec sa propre colère n'est guère productif. En revanche, lorsqu'on s'est déchargé de la charge émotionnelle que l'abus a fait naître, il sera alors possible de dire clairement et sans agressivité à l'autre ce que l'on pense de son comportement.
    cela peut-être tout assez de manières de lui envoyer de la lumière et de l'amour, pour prend ton expression.

    Et pour ce qui est de la méthode fépopofépopofépopo... et bien je ne dirai rien de ce syncrétisme de plus… car sinon je vais me mettre en colère ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'aimes pas Matthieu Ricard, Alain, je l'ai compris ! (sourire)
      Oui, peut-être que c'est son fonds de commerce, mais moi je préfère les personnes qui prêchent la bienveillance, même si cela leur rapporte, que les personnes qui incitent à la violence et à la haine.
      Lorsque tu envoies de la lumière et de l'amour à une personne qui t'a fait du mal, tu ne te feras jamais du mal à toi, au contraire.
      Cela ne m'étonne guère pour le Ho'oponopono, et pourtant, sans appliquer cette méthode, tu peux retirer de ce qu'ils disent de très belles paroles de bienveillance.
      Pour ma part, comme je le dis plus haut, tant que des personnes n'incitent pas à la haine et à la violence, je prends ce qu'il y a de bon dans ce qu'elles disent.
      Bonne soirée, Alain, et merci pour ta visite.

      Supprimer
  2. "cela peut-être tout assez de manières".... !! pfff !!
    Mieux vaudrait lire:
    Cela peut être aussi une manière.....
    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. La colère est saine dès lors qu'elle est transformée. La bienveillance certes, mais certainement pas naïve et gratuitement. Il faut de la ténacité, de la détermination et de la persévérance pour faire comprendre à autrui où sont nos propres limites et ses responsabilités à les respecter tout comme nous respectons les siennes. La bienveillance est un pacte gagnant gagnant / donnant donnant qui nécessite en permanence des ajustements.
    Parole de travailleur social de terrain auprès de publics en très grande exclusion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire très explicite, Anonyme.
      Je suis entièrement d'accord, "la bienveillance certes, mais certainement pas naïve et gratuitement". Avant tout, se parler, écouter, et se respecter.

      Supprimer
  4. Et n'oublions pas que dans les principes de lutte non violente il y a bien lutte. Il faut une grande force, une grande détermination et beaucoup de créativité pour adopter des attitudes non violentes. Le film "Tous au Larzac" est un régal d'enseignement de ce point de vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu le film "Tous au Larzac", je le regarderai. Merci.

      Supprimer
  5. La communication non-violente m'a aidée dans mon métier.
    Mais j'apprends (et c'est assez nouveau) à accepter d'éprouver des sentiments violents (souvent en réaction effectivement) et à canaliser cette violence pour l'extérioriser, plutôt que de la nier. Même si je continue à détester la violence en lui préférant le dialogue...
    J'ai entendu parler d'o'hoponopono, j'ai retenu que l'on est responsable de tout ce qui nous arrive. Ça mérite réflexion...
    Bisous belle d'âme
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Canaliser la violence pour l'extérioriser, plutôt que de la nier, oui, sûrement une très bonne façon de ne pas se faire du mal également, l'important étant de ne pas la laisser nous ronger de l'intérieur.
      Je ne dirai pas de tout, mais je pense que l'on est en grande partie responsable de ce qui nous arrive. A méditer, en effet...
      Bonne soirée, Célestine. Bisous.

      Supprimer
  6. Je viens de lire sur la vidéo : "selon la pensée hawaïenne nous sommes créateurs de tout ce qui nous arrive". En ce qui me concerne je ne peux adhérer à cette phrase : je n'ai pas "créé" ma naissance au XX siècle, en France, dans cette famille-là, comme enfant de remplacement.

    Cette phrase revient à dire aux femmes, aux enfants, aux employés victimes de violences : "vous avez créé cela" . Eh bien je dis NON ! avec fermeté et colère.

    Soyons vigilants à la façon dont les gourous du développement personnel nous manipulent et s'enrichissent par la même occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes les personnes travaillant dans le développement personnel ne sont pas des gourous, Nicole, et bien heureusement ! C'est à nous de ne pas les laisser nous manipuler, car il est vrai que certains sont très habiles pour cela.
      Je comprends votre réaction, Nicole, et je la respecte.
      Bonne soirée à vous, merci de votre visite.

      Supprimer
  7. O' ponoponoponopono ! connais pas trop cette bête là, mais vu les com précédents, je ne crois pas que je vais essayer de connaitre , tant pis si je meurs idiote !
    Mais pour la colère, je pense quand même qu'elle est nécessaire et que sans elle, il n'y aurait qu'acceptation, or, tout n'est pas acceptable et c'est bien aussi de le dire et de se défendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas tout connaître, Délia, et ce n'est pas pour cela qu'on mourra idiote (sourire).
      Oui, le dire, se faire entendre, se faire respecter, mais éviter la violence, la violence est mauvaise, et il y en a assez sur Terre.
      Bises, Délia, bonne soirée.

      Supprimer
  8. Coucou Françoise. Intéressant ce billet et questionnant. Après avoir vécu une grande casse au niveau de ma vie professionnelle l'année passée, j'en suis encore au stade de la colère. Je la laisse pourtant grandir au fond de moi car elle est nécessaire je pense pour tourner la page. Et puis elle s'extériorise dans des activités: écriture, promenades, méditation etc. Je pense qu'il ne faut pas occulter les sentiments qui nous traversent mais apprendre à les canaliser. Et ce n'est jamais simple. Quant à la bienveillance, je pense que c'est une très belle notion mais elle me rappelle tellement mon ancien responsable qui ne savait aucunement régler les problèmes dans son équipe et qui utilisait pour s'en sortir ce terme à toutes les sauces. "soyez bienveillants". Oui, mais pas à n'importe quel prix.
    Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'elle s'extériorise dans l'écriture, les promenades, la méditation, c'est une très bonne chose je trouve, Dédé. C'est d'ailleurs un peu ce que je fais moi aussi lorsque la colère me fait trop mal.
      La bienveillance, comme le dit Matthieu Ricard, ne veut pas dire manque de fermeté, et apparemment ton ancien responsable n'en avait pas. Etre bienveillant ne signifie pas non plus dire amen à tout, la bienveillance ne veut pas dire faiblesse. La bienveillance veut dire écouter, prendre en compte et faire au mieux pour chacun.
      Bises auvergnates, ma chère Dédé.

      Supprimer
  9. Il me semble que la colère est un poison violent qui enlève toute objectivité à nos comportements. Bien sûr elle est souvent incontrôlable et il m'arrive encore de me faire piéger. Mais je crois que ce n'est pas la bonne solution......Essayer de comprendre avant tout sans totalement condamner.....Tenter le dialogue, s'expliquer, exprimer ce que l'on ressent sans animosité.....Oui je sais , ce n'est pas toujours facile !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas toujours facile, Daniel, mais ce que tu dis me convient bien ! :-)

      Supprimer
  10. La colère est naturelle mais effectivement il faut la maîtriser et la transformer le plus rapidement possible ... Ce n'est pas toujours facile, hélas !!!
    "Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère... "Éphésiens 4.26

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me rappelle une histoire, je ne sais plus qui me l'avait racontée. Il s'agissait d'un couple de personnes déjà âgées qui disaient que jamais ils ne s'endormaient le soir en étant fâchés, c'est joli je trouve ? :-)
      Merci de votre visite, Annick SB. Au plaisir de vous relire.

      Supprimer