jeudi 9 février 2017

Un peu folledingue...

C'est curieux comme l'humeur peut changer rapidement. En tous cas, la mienne. Il m'arrive d'être agacée par une situation, perturbée, épuisée à force d'y penser et de ressasser le pourquoi et le comment. Et puis, du jour au lendemain, sans que rien n'ait changé, je souris en y repensant, je ris même, je vois cette situation sous un autre angle, un angle beaucoup plus arrondi et sympa, je ris d'avoir passé tant de temps à me prendre la tête avec, car il n'y avait vraiment pas de quoi. Et je me dis que parfois... je suis un peu folledingue... (sourire)

Rassurez-moi, cela vous arrive parfois à vous aussi ?... :-)

30 commentaires:

  1. C'est là la pure démonstration de l'influence des sentiments...
    La représentation parfaite du : "on doit garder le contrôle de soi et ne pas se laisser submerger par les sentiments ; qu'ils soient bons ou mauvais !"
    J'éprouve la même chose, amie.
    Je glisse alors dessus, et j'y reviens plus tard, sans avoir accroché mon énergie et mon temps...
    Par fol(le) dingue, on pourrait traduire par "humain"...
    Tu es humaine, ne le renies pas.
    Bisous affectueux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire plein d'empathie, Gilles, et plein de bons conseils. Ne pas se laisser submerger par les sentiments, oui, mais que c'est difficile !
      Bonne soirée à toi. Je t'embrasse.

      Supprimer
  2. J'aime bien le commentaire de Kaku Shiken, oui, c'est exactement ça, c'est être humain. Alors, oui, un jour rien ne va, tout nous paraît une montagne on pense qu'on ne va pas s'en sortir et le lendemain ça va mieux, on relativise, on échange, on règle quelques soucis et la bonne humeur revient ! Ouf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'aime bien le commentaire de Kaku Shiken. En fait, nous devrions toujours relativiser, après la pluie vient forcément le beau temps. :-)
      Oui, ouf ! Virevolte. :-)
      Bonne soirée à toi, bisous.

      Supprimer
  3. Je suis une grande folledingue et je ne me soigne pas. Je fais toujours 1,67 mètres. Je pense que le temps et le recul nous permettent d'analyser différemment les situations difficiles. C'est en tous les cas ce que je ressens. Et parfois, après coup, je me dis que j'ai fait un peu des montagnes avec des riens. C'est ainsi. Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est souvent ce que je me dis, moi aussi, Dédé. Et puis, relativiser, toujours relativiser, c'est important. Mais bon, on ne peut pas se changer entièrement, il y a toujours des rechutes. :-)
      Belle fin de dimanche, bisous.

      Supprimer
  4. Cela m'arrive aussi...apprendrons-nous à être plus sages?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce vraiment désirable d'être plus sages, Gazou ? Pas sûr. :-)
      Belle soirée à toi.

      Supprimer
  5. Il faut peu de choses parfois pour passer d'un sentiment de malaise à un sentiment de bien-être : un sourire, une preuve d'affection ou d'amitié et le soleil brille à nouveau :-)
    Merci pour la visite, Françoise !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, Fifi. Il faut peu de choses parfois.
      Merci à toi d'être venue jusqu'ici ! :-)
      Bonne soirée.

      Supprimer
  6. Le mental aime bien occuper le terrain. Ce n'est pas l'événement en soi qui est essentiel mais l'importance plus ou moins grande qu'on lui accorde. Le tout est d'en prendre conscience.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le mental. S'il pouvait se taire celui-ci. J'arrive à faire le silence intérieur parfois, en méditant par exemple, mais certaines pensées résistent, et il est dur de ne pas laisser son esprit s'y accrocher.
      Bonne soirée, Daniel.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Ah bon, toi aussi, Pascal ? :-)
      Bonne soirée portugaise, veinard ! ;-)

      Supprimer
  8. il faudrait monter un mouvement puisqu'il me semble que cela touche beaucoup de monde...
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (sourire) Oui, en effet, et j'en suis surprise. Surprise, et ravie de ne pas être la seule. :-)
      Bonne soirée, Jean-Jacques.

      Supprimer
  9. Oui ça m'arrive aussi, bien sûr...même i j'essaie d'accorder moins d'importance aux choses qui me touchent.
    j'en ai fait l'expérience ces derniers temps...
    mais foldingue...non, plutôt vivante, je dirais, personnellement...
    Bisous belle âmie★





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivante, oui, c'est plus joli que folledingue (ou foldingue), quoique j'aime bien ce mot folledingue. :-)
      Bisous à toi aussi, ma belle Amie.

      Supprimer
  10. Je suis donc aussi folledingue. Ca rassure, je ne suis pas seule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme l'a dit Radiblog, bienvenue au club Françoise ! :-)
      Bonne soirée.

      Supprimer
  11. Oui cela m'arrive souvent.
    folledingue non pas, mais réactive . Et puis la sagesse fait que nous dédramatisons, rien n’est très grave sauf l'inéluctable....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, rien n'est très grave sauf l'inéluctable, alors réservons nos pleurs pour ce qui l'est.
      Belle fin de dimanche, Jak.

      Supprimer
  12. Tout le temps! Au point que "j'attends le changement". Souvent je me dis qu'au réveil je serai plus calme, je demande même à la nuit de me calmer, et le lendemain en effet... tout a une autre couleur... Je pense que quand l'émotion nous gagne, un choc, un énervement, une tuile, on est en ébullition et donc incapable de penser, on est cernées de "c'est TOUJOURS comme ça, ça n'ira JAMAIS, et je n'en sortirai pas" etc.... Et puis, ma foi... faut bien retrouver notre mijottement habituel, et heureusement que ça arrive!

    Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On devrait le savoir, d'ailleurs, pourquoi se mettre en rogne, pourquoi se lamenter puisque l'on sait que le lendemain ou bien deux ou trois petits jours après, tout ira mieux, et nous en sourirons. :-)
      Belle fin de dimanche, Edmée.

      Supprimer
  13. Je suis folle-dingue aussi, mais dans le sens inverse: je m'enthousiasme pour quelque chose, quelqu'un, un petit événement, je trouve tout beau et sympa, et le lendemain ... je déchante :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé, cela m'arrive aussi, Espiguette. Je m'enthousiasme aussi, et je déchante vite, car je me suis trop pressée de ne voir que le bon côté de la chose. :-)
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  14. Et moi alors ! Ceci dit, suis plutôt de bonne humeur ce matin, car je sors d'une semaine pénible (grippe !) Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru comprendre que tu avais été malade, Binh An. Je suis ravie alors que tu sois rétabli ! :-)
      Bonne soirée de dimanche.

      Supprimer
  15. Ce n'est pas être foldingue ça, c'est être simplement humain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Humain, vivant, vibrant, oui, Pastelle, c'est tout cela à la fois ! :-)
      Belle fin de dimanche à toi.

      Supprimer