jeudi 8 décembre 2016

Contrariétés et cie

A une époque, j'allais voir une homéopathe pour des petits soucis de santé. Elle me disait que pour aller bien, il fallait au maximum éviter les contrariétés et les frustrations. Mais est-ce vraiment possible de les éviter ? Il me semble que non. Ou alors il faudrait s'isoler, ne voir personne, ne plus avoir de sentiments, etc. Mais par contre, si l'on arrive à accepter ces contrariétés, ces frustrations, à en sourire même lorsqu'elles ne sont pas très graves, parce que franchement, des fois, et vous ne me direz pas le contraire, se prendre la tête pour des broutilles, se gâcher la vie par amour propre mal placé, ou pour autre chose de pas très grave, cela ne vaut vraiment pas la peine de se la prendre la tête. Donc, disais-je, si l'on arrive à accepter ces contrariétés, ces frustrations, à vivre avec, à en sourire même, je pense que l'on est déjà sur la bonne voie... et ce n'est déjà pas si mal ! :-)

12 commentaires:

  1. Je pense qu'elle voulait peut-être dire "éviter de se laisser bouffer par les contrariétés..."Relativiser, quoi...
    Parce que les éviter tout court, c'est sûr que ce n'est pas possible...
    A moins d'être mort. Hihi !
    Bisous ma chère Françoise
    Belle journée, on est vivant(e)s!
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr, Célestine, je pense que c'est ce qu'elle voulait dire. Mais elle est une très bonne homéopathe et acupunctrice. Ce billet n'était pas du tout dans le but de la dénigrer.
      Oui, nous sommes bien vivant(e)s ! :-)
      Belle journée à toi, gros bisous.

      Supprimer
  2. Célestine a raison.
    Car même en t'isolant, tu n'es pas à l'abri des objets, des choses, qui cassent, se détraquent, fument, rouspètent, désobéissent.
    Quand aux frustrations, je crois que je serais frustré de ne plus en avoir :-)
    Même mort, je connais des personnes, qui m'auraient précédé dans cet état, capables de venir, en petits esprits, me chercher des poux où il est impossible d'en avoir.
    On a bien vu des défunts arrivant, post mortem, à pourrir une dernière fois (à raison ou injustement) la vie de leurs héritiers.
    Tu aurais dû saisir l'occasion, après de tels propos, de t'éviter une nouvelle contrariété et de tester, simultanément, les convictions de cette homéopathe.
    D'une pierre deux coups.
    Comment ? En ne la payant pas pardi !
    "Je préfère éviter, en ce moment, la contrariété qu'occasionnerait une telle dépense pour mon budget et je sais que je peux compter sur votre pleine compréhension"
    :-)
    J'espère que ce trait d'humour ne t'aura pas contrarié :-)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que l'on n'est à l'abri de rien du tout, Rom, et d'ailleurs j'ai envie de dire qu'il faut des difficultés dans la vie, des frustrations oui aussi, sinon ce serait d'un ennui... mortel.
      Comme je le disais à Célestine, je n'ai pas voulu dénigrer cette homéopathe en faisant ce billet, c'était juste pour dire qu'il n'était pas vraiment possible d'éviter les contrariétés et les frustrations, cela fait partie de la vie.
      Ce trait d'humour ne m'a nullement contrariée, Rom. ;-)
      Belle journée à toi, bises.

      Supprimer
  3. Quant aux, bien sûr, et non "quand aux".
    Je dois t'avouer que cette étourderie m'a bien contrarié :-)
    Mais qui blâmer, si ce n'est moi-même ?
    Encore plus agaçant :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne n'est à l'abri d'une étourderie, Rom.
      Ce n'est pas si grave. ;-)

      Supprimer
  4. "pour aller bien, il fallait au maximum éviter les contrariétés et les frustrations."
    mouarf !! et fallait payer pour entendre ça ??

    Pour ne pas risquer de vomir, vaut mieux pas manger.
    Pour éviter d'avoir envie de pipi, mieux vaut ne pas boire.
    Pour ne pas encrasser ses poumons, je conseille de ne pas respirer.
    Pour ne pas dire de conneries, ne pas faire médecine.

    Voila ! Ne me remercie pas, c'est 250 €

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (rire) Eh bien, Alain, j'adore ton commentaire !
      Mais, je le dis et le redis, ce n'est pas pour dénigrer cette homéopathe que j'ai écrit ce billet, mais juste pour dire que ce qu'elle proposait, n'était guère possible. :-)
      Belle fin de semaine à toi.

      Supprimer
  5. J'ai beaucoup ri en lisant certains commentaires. Je dis souvent que j'aimerais bien vivre en ermite au sommet d'une montagne. Mais je m'y ennuierai sans doute et quelques contrariétés nous font nous sentir vivre. Becs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les commentaires ne manquent pas d'humour pour ce billet ! :-)
      Beau week-end à toi, Dédé. Becs également !

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Hé hé ! Bien trouvé, Espiguette ! :-)
      Beau week-end à toi.

      Supprimer