mercredi 14 août 2019

S'inventer une autre vie

Oeuvre de Picasso
Il y a des personnes qui s'inventent une autre vie.
Moi, je ne sais pas faire.
Oh bien sûr, je pare de quelques fleurs certains souvenirs, je brode un peu.
Mais m'inventer une autre vie, non.
M'inventer un personnage qui ne serait pas moi, non.
Je suis comme je suis, et si je ne plais pas ainsi, tant pis.
Mais je sais au moins que les personnes qui m'apprécient, le font parce que je suis ainsi.
Je ne blâme pas pour autant ces personnes, non.
Je pense qu'elles imaginent ne pas avoir une vie intéressante, alors elles s'en inventent une autre.
Je pense qu'elles imaginent ne pas pouvoir être aimées telles qu'elles sont.
Je pense qu'elles n'ont aucune confiance en elles.
C'est dommage, car on peut passer à côté d'elles sans vraiment les connaître.
Car un jour ou l'autre, on se rend bien compte qu'il y a quelque chose qui cloche dans leurs paroles, des contradictions, des changements dans ce qu'elles ont affirmé précédemment.
Je voudrais leur dire de rester elles-mêmes, de ne pas tricher.
Je n'aime pas la triche.
Car dans ce cas, je deviens méfiante et je m'éloigne.
Mais je ne les juge aucunement, de quel droit d'ailleurs pourrais-je le faire ?
Après tout, je ne connais pas leur (vraie) vie, leur vécu, leur histoire.
Et je me dis que chacun fait comme il peut, à la mesure de ses moyens.
Chacun se débrouille avec ce qu'on lui a laissé comme bagages.
Et ces bagages sont parfois lourds et tellement inacceptables que s'inventer une autre vie, est peut-être la seule manière qu'elles ont trouvée pour avoir le sentiment d'exister, pour avoir l'espoir d'être aimées.

13 commentaires:

  1. C'est peut-être la seule manière de (sur)vivre...

    RépondreSupprimer
  2. Je connais des personnes qui s'inventent une autre vie, ou qui la transforment un peu. C'est probablement une façon de fuir une réalité qu'ils croient inintéressante.
    C'est peut-être aussi pour masquer une souffrance ; parfois grande.
    Ceux qui trichent avec la vie sont à coup sûr perdant, un jour ou l'autre. Mais tu as raison, chacun fait ce qu'il peut avec ce qu'il a. Rien n'est facile.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a parfois des personnes qui s'inventent une autre vie pour cacher les grandes souffrances de leur quotidien. Comme toi, je n'aime pas, mais si d'un sourire, d'une main tendue nous pouvions les aider à redevenir elles-mêmes.....

    RépondreSupprimer
  4. Il me semble que tu as tout dit dans ce billet très bien écrit.
    J'ajouterai que la mode actuelle des selfies, où on se montre partout en vacances, tout sourire, nageant dans le bonheur absolu, histoire de bien faire comprendre que tout baigne… c'est une autre forme plus moderne de faire croire à autre chose que la triste réalité dans laquelle on se trouve… parfois…
    Surtout quand ces personnes rentrent de vacances et vous disent combien c'était la galère…
    ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Il suffit d'ouvrir son regard et son coeur
    pour découvrir tout l’extraordinaire
    d'une vie ordinaire
    :-)

    RépondreSupprimer
  6. Être soi est un trésor, être quelqu'un d'autre c'est trop compliqué.
    Et le masque finit toujours par tomber.
    Belle soirée.

    RépondreSupprimer
  7. Un sujet intéressant : il faudrait d'abord savoir ce qu'est la "vraie" vie des gens. Une suite de données vérifiables et quantifiables (métiers, expériences, dates) ? S'inventer une" autre vie" signifierait donc modifier ces faits, les remplacer par d'autres ? Les adolescents, par exemple, ont besoin de vivre par moments dans une vie idéalisée (ils s'inventent une autre famille, d'autres parents). C'est un phénomène passager, utile pour élaborer leur identité. Le problème, à n'importe quel âge, commence quand on se retrouve englué dans les inventions qu'on a élaborées et qu'on ne sait plus distinguer la réalité de la fiction, pas plus pour soi que pour les autres.
    Indépendamment des données vérifiables, la vie sociale est faite d'échanges, d'ouvertures et de protections. On présente des facettes de soi aux autres, celles qu'on trouvera les plus adaptées aux besoins des différentes situations. Les sociologues, comme N. Elias, parlent de l'homme pluriel, en mesure de recourir à plusieurs facettes (habitus). Nous sommes constitués de mille facettes et nous choisissons celles qui nous sembleront les plus conformes pour nous relier aux autres. Exemple : avec une personne végétarienne et mélomane, je vais plutôt parler musique et épinards, et éviter de décliner ma recette du bœuf en daube.
    Nous passons, je crois, notre vie sociale à présenter une image de nous. Il est impossible d'être toujours" nous-mêmes", en toutes circonstances. L'essentiel (situation la plus confortable pour tous) est de faire en sorte que cette image soit la plus proche possible de ce que nous ressentons à l'intérieur (qu'il est coûteux en énergie de jouer des rôles ! et qu'il est pénible de rencontrer des gens "pseudo" tellement alignés sur le paraître que la relation avec eux nous semble creuse !)
    Du reste, "être nous-mêmes", qu'est-ce que cela veut dire ? Si Socrate incite au "connais-toi toi-même", c'est que c'est le travail d'une vie, et encore : notre être à chaque instant est en perpétuelle évolution.
    Ces personnes dont tu parles, qui inventent, inspirent de la compassion. A devoir se construire une vie autre, créer des mensonges et devoir s'y tenir, ne passe-t-on pas à côté des multiples possibilités offertes par la vie que l'on a ?
    Toute belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
  8. Je pense qu'il s'agit surtout de s'inventer une autre personnalité, ce qui mène automatiquement à une "autre vie". Je connais qui est anxieux, envieux, timoré, et a toujours joué le rôle du gars détaché de tout, cool, audacieux (mais heureusement pour lui sa "famille" exigait qu'il soit prudent, sans quoi Indiana Jones aurait été un boy scout en comparaison avec lui...), plaisantin etc. Le résultat est tragique, finalement, car bien entendu, il sait que ceux qui l'aiment aiment l'autre, celui qu'il fait semblant d'être. Ses proches l'ont démasqué depuis longtemps et rient de sa comédie. Il est donc très seul, pas pris au sérieux chez lui et pris pour un autre dehors... Il est malheureux, prisonnier de ce déguisement!

    RépondreSupprimer
  9. "Et ces bagages sont parfois lourds et tellement inacceptables que s'inventer une autre vie, est peut-être la seule manière qu'elles ont trouvée pour avoir le sentiment d'exister, pour avoir l'espoir d'être aimées."

    C'est un sujet bien difficile à aborder, mais tu l'as traité avec beaucoup de tendresse, finalement.

    S'inventer une autre vie, est-ce vouloir tricher ? Peut-être, si j'en crois ceux qui arrivent à mentir même à leur famille parce que la vérité est bien trop lourde à avouer (exemple, ceux qui continuent à faire comme s'ils allaient travailler alors qu'ils sont au chômage...) et peut-être pas, s'ils ne cherchent qu'à protéger ceux qu'ils aiment...

    Rien n'est simple, hélas.

    Merci pour cette réflexion et ton amour de la vérité. Je pense que les mensonges ne résistent jamais au temps qui passe. Mieux vaut ne pas mentir. :)

    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  10. Savoir rester authentique est une grande qualité. Certains se parent d'un masque social pour être dans une certaine conformité ou bien pour se protéger. C'est peut être une dépense d'énergie inutile !

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Françoise. Je vais être beaucoup moins tolérante que toi ( désolée ) Dieu que ces gens là m'agace !!! Quelle déception de découvrir la vérité !!! J'ai connu une personne qui prétendait avoir un cancer... j'étais très présente pour elle... jusqu’au moment ou j'ai découvert que sa perte de poids était liée à une première opération pour de faire réduire l'estomac, et la seconde pour une chirurgie esthétique !!! Ca se passe aussi dans le monde du travail. Le nouvel embauché qui a présenté un CV de super qualifié en tant que technicien de maintenance et qui, sur le terrain, ne comprend pas que je lui demande de changer une électrovanne ... C'est quoi une électrovanne ? Pfff je déteste les Mac donnald, mais j'adore leur slogan . Venez comme vous êtes !!! Bisous Françoise

    RépondreSupprimer
  12. Le monde est rempli de manipulateurs, de tricheurs, de rêveurs, d'inventeurs, de menteurs...
    On ne triche qu'avec soi-même, comme je disais à mes élèves, et jamais bien longtemps...
    Mais tu as raison, ne pas juger ces personnes qui fuient peut-être une réalité insoutenable...
    Tout est question de nuances en matière de relations humaines.
    J'en sais quelque chose, moi qui ai côtoyé la misère humaine, sociale, psychologique sous toutes ses formes...
    Bisous ma douce, ton billet fait réfléchir, j'aime
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
  13. Ne pas juger, chacun fait ce qu'il peut, mais quand même rester fidèle à ce besoin d'authenticité qui nous habite et qui seul nous permet d'être ce que nous sommes ,vraiment vivants...Merci beaucoup pour cette réflexion que tu nous proposes

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.

PS : Si vous avez des difficultés à poster un commentaire ou si celui-ci n'apparaît pas, vous pouvez me l'adresser par mail (voir mon profil) et je le publierai en votre nom. Merci.