samedi 10 décembre 2016

Qui ne demande rien, n'a rien

Hier après-midi, je suis allée faire des courses avec une amie. Nous désirions nous acheter chacune un pull. Après avoir fait plusieurs boutiques, nous sommes entrées chez C... (je tairai le nom, je ne veux pas faire de pub :-)). A l'entrée du magasin, nous avons pioché dans un sac un petit carton qui nous indiquait la remise accordée ce jour. Le carton que mon amie a tiré spécifiait : -30 % de remise sur le deuxième article acheté, et le mien : -30 % sur l'achat d'une robe. Pour moi, il ne servait à rien, vu que ce n'était pas que je cherchais ce jour-là, et la remise n'était valable que la journée. Finalement, après avoir essayé plusieurs pulls, j'en ai trouvé un qui m'allait très bien, mais mon amie, elle, était mitigée, elle hésitait. Elle aurait aimé en trouver un, de façon à ce que je puisse profiter avec elle de la remise de -30 %. Je lui ai dit que ce n'était pas grave, qu'elle ne se force pas à acheter un pull qu'elle n'aimait que moyennement. Et puis, j'ai eu une idée. Je me suis dirigée vers la vendeuse qui s'était déjà occupée de nous, elle était en train de mettre des vêtements en rayon, et je lui ai expliqué notre problème. Elle a hésité un moment, et puis elle m'a dit : "- Attendez...". Elle est partie vers la caisse, a farfouillé dans une corbeille, et elle est revenue avec un petit carton où était spécifié : -30 % sur votre pull préféré. Super sympa la nana! Je l'ai grandement remerciée. Et je me suis dit que j'avais eu du nez de m'adresser à elle, car la cliente qui se trouva ensuite à la caisse devant moi, qui avait le même problème, eut comme réponse un "non" catégorique de la caissière, celle-ci lui disant qu'elle ne pouvait appliquer à son achat que la remise marquée sur le petit carton. Je me suis trouvée un peu mal à l'aise par rapport à cette dame, mais je n'ai pas osé dire que la petite vendeuse m'avait donné un autre carton, celui qui m'intéressait, j'ai eu peur qu'elle se fasse réprimander d'avoir agi ainsi. En sortant du magasin, mon amie m'a dit qu'elle n'aurait pas osé faire cette demande et que c'était bien que je l'ai faite. Curieusement, j'y ai repensé après, je n'ai eu aucune hésitation à la faire. De toute façon que pouvais-je craindre ? un refus, c'est tout. Je me rends compte ces derniers temps que je prends de plus en plus confiance en moi, et que ces choses qui me paraissaient compliquées avant, ou impossibles, ne me le paraissent plus. Je repense notamment à la journée que j'ai passée à Lyon récemment avec le couple d'amis blogueurs. A une époque pas si lointaine, cela m'aurait paru tellement compliqué, et j'aurais angoissé. Et puis cette dernière histoire, où je n'ai aucune hésitation à formuler cette demande. En fait, maintenant, je me dis : ne te pose pas la question de savoir si c'est compliqué ou non, ou si cela se fait ou non. Fonce ! Tu verras bien. Et cela marche ! (sourire)

16 commentaires:

  1. C'est vrai, demander ne coûte rien et l'on est souvent surpris d'obtenir une réponse positive.
    Une attitude courageuse qu'il ne faut pas confondre avec le "culot monstre" de certaines personnes qui pensent que tout leur est dû, et passent devant tout le monde à la caisse par exemple.
    Dans ton cas, tu as fait une demande qui ne nuisait à personne, et je suis sûre que tu n'aurais pas insisté si la réponse avait été non.
    Tout est question de nuance, en fait. Et de confiance en soi.
    Bisous belle amie.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, Célestine, je n'aurais pas insisté si la réponse avait été non.
      Oui, de confiance en soi, même si j'avais un gros doute sur la réponse qu'elle allait me dire. :-)
      Bonne soirée, et beau dimanche à toi, Célestine. Gros bisous.

      Supprimer
  2. Je ne sais pas si ta discrétion à demander "une petite faveur" vient d'un manque de confiance en toi ou simplement de l'acceptation des règles... Car je serais comme toi, or je n'ai pas peur "de demander", mais n'y pense pas.

    Pareil que toi : au Delhaize on a un timbre pour chaque tranche de 10€ dépensée. Avec 8 timbres on a droit à du linge de salle de bain à 70% off. J'ai donc décidé de remplacer des essuies un peu vieux. Mais il arrive que, passant à la caisse self service, j'oublie de demander mes timbres. L'autre jour je m'en souviens à la dernière minute et dis au caissier - un noir charmant et très rieur - "oups, j'ai encore failli oublier". J'avais droit à 2 timbres. Il me demande "vous en voulez combien?" très souriant. Moi, "eh bien j'ai droit à 2" "oui, mais vous m'avez dit que vous aviez oublié d'en réclamer" "Oui deux timbres..." "Alors vous en voulez combien?" "Ben... quatre si je peux..." "Eh bien je vous en donne six, faut demander ma petite dame, faut demander" et il riait gentiment... Comme quoi... un peu la même histoire que toi :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Edmée, c'est vrai que ton histoire ressemble à la mienne. Et cela fait du bien, je trouve, d'être en face de personnes qui ne râlent pas, mais au contraire, qui sont fort aimables. :-)
      Belle fin de dimanche à toi.

      Supprimer
  3. Et oui, aujourd'hui il faut oser pour avancer un brin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de découvrir ton commentaire à l'instant, Alezandro, il était allé se nicher dans les spams. Le voici donc ! :-)

      Supprimer
  4. Demander est gratuit dit-on, de surcroit la manière de demander peut changer la donne... Comme tu dis un refus ne tue pas, mais on peut s'appliquer sur le ton et les mots utilisés...
    Bravo de demander. Je suis admiratif...
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et d'ailleurs j'ai été très polie pour lui faire ma demande. C'est la moindre des choses, la politesse.
      Merci Gilles. Belle fin de dimanche à toi. Bises.

      Supprimer
  5. Et pourtant, certains ont tout (ou beaucoup) sans demander quoique ce soit :-)
    L'expression "ne pas avoir confiance en soi" n'est-elle pas un peu fourre-tout ?
    Je dirais plutôt "oser", oser faire, demander (si on en éprouve l'envie)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu fourre-tout ? Tu crois ?
      Oui, mais pour oser, il faut avoir un minimum confiance en soi, non ? C'est vrai que si l'on a vraiment envie de demander quelque chose, cela devrait l'emporter sur tout. :-)
      Bises à toi aussi, et belle fin de journée.

      Supprimer
    2. Oser,amha, est plus une affaire d'audace que de confiance en soi.
      On peut être confiant et ne pas oser en vertu de règles éducationnelles, sociétales, etc ou , simplement, en raison de notre caractère.
      Et oser demande parfois bien plus que de la confiance en soi, confiance en l'autre, en un matériel (premier saut en parachute, par exemple) :-)
      Bises

      Supprimer
    3. Merci pour ton explication, Rom.
      Donc, j'ai envie de dire que j'ai de plus en plus d'audace. :-)
      Bises, et une très bonne soirée.

      Supprimer
    4. Tu as bien fait, citoyenne !
      Comme le clamait Danton « De l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace » :-)

      Supprimer
    5. Eh bien lorsque j'hésiterai à faire quelque chose, je me répèterai les mots de Danton ! :-)
      Merci Rom.

      Supprimer
  6. J'avoue que souvent je n'ose pas demander. Par respect des règles (ou de ce que j'imagine qu'elle sont). C'est un peu idiot…

    Tu as bien fait d'oser :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas idiot, Pierre. :-)
      Oui, je crois. De plus, je me suis étonnée moi-même, alors...
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer