samedi 8 octobre 2016

A l'orée du bois, une chevrette...

Vendredi dernier, je suis allée passer la journée chez ma belle-soeur qui habite un village du Puy-de-Dôme. Nous sommes allées faire une jolie randonnée. Alors que nous descendions un petit chemin de terre, nous avons aperçu à l'orée du bois, un peu plus bas, une magnifique chevrette (et non une biche*). Elle se trouvait à côté de fougères rousses, et était éclairée par le soleil orangé de fin de journée. Cela faisait ressortir encore plus son pelage roux. Elle nous a regardées quelques instants de ses grands yeux noirs et s'est enfuie, apeurée, dans les bois. Dommage, nous ne lui voulions pas de mal. J'aime ces moments-là, ce sont de vrais cadeaux de la nature, et cela me met le coeur en joie !

*La biche est plus grande et plus élancée, la chevrette est beaucoup plus petite.
Photo prise -> ​ ici .

9 commentaires:

  1. Merci pour la nuance, je n'en savais rien.
    Même si tu ne veux pas faire de mal, l'animal ne veut pas de proximité avec l'homme. Il en va de sa survie... Ne lui en veut donc pas, et remercies-la du présent qu'elle t'a fait !
    Je t'envie...
    Belle soirée à toi (moi je file bosser sous les étoiles)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gilles, j'ai rectifié le texte de mon billet, ne tiens donc pas compte de ce que tu y auras lu avant.(sourire)
      Non, je ne lui en veux pas à cette jolie petite chevrette, elle a raison de se méfier, c'est l'époque de la chasse...
      Bon courage pour ton boulot. Bises.

      Supprimer
  2. Moment privilégié joliment décrit.
    Pour différencier la chevrette de la biche, il suffit d'observer les yeux.
    Frank Alamo n'aurait jamais chanté "Chevrette, ô ma chevrette, lorsque tu soulignes au crayon noir tes jolis yeux" :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (rire) C'est vrai ce que tu dis, Rom ! :-)

      Supprimer
  3. « Tire la chevillette et la chevrette… » : ah non ! C'est pas ça !…
    Moi aussi ce qu'est une chevrette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il manque je ne savait pas ce qu'est…

      Supprimer
    2. Oui, Alain, et apparemment ce n'est pas si évident que cela de les différencier. Et puis, cette fois-ci, elle a tellement vite disparu dans les bois que je n'ai pas bien eu le temps de la détailler. Mais que ce soit une chevrette ou une biche, j'étais heureuse ! :-)

      Supprimer
  4. Oui ce sont de magnifiques instants de bonheur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il faut les savourer, Alezandro ! :-)

      Supprimer